Qu’est-ce qu’un EHPAD ?

L’EHPAD est la dénomination administrative de la bonne vieille maison de retraite, elle-même synonyme du terrible hospice. Mais pour être plus précis, l’EHPAD c’est …

Si l’on détaille l’acronyme, l’EHPAD (prononcez épade) est un Etablissement d’Hébergement pour Personne(s) Agée(s) Dépendante(s). L’EHPAD est dédié à l’accueil :

  1. Des personnes âgées de plus de 60 ans,
  2. En situation de perte d’autonomie physique et/ou psychique,
  3. Qui ne peuvent plus être maintenues à domicile.

C’est une structure médicalisée qui accueille en chambre individuelle ou collective. L’EHPAD offre :

  • De l’aide à la vie quotidienne (lever, coucher, toilette, repas),
  • Des soins médicaux personnalisés,
  • Des services tels que la restauration, la blanchisserie,
  • Des animations.

Le statut de l’EHPAD peut être public, privé à but lucratif ou privé associatif. Les soins sont assurés par un personnel soignant qualifié sous la direction d’un médecin coordonnateur.

Un EHPAD peut être spécialisé dans les maladies comme Alzheimer, Parkinson ou dans les maladies neuro-dégénératives. Une personne âgée fortement dépendante pourra également être hébergée dans une USLD (Unité de soins de longue durée).

On en dénombre près de 7.300  en France et leur capacité d’accueil varie de 50 à 120 lits.

Seulement 6% des personnes âgées de plus de 85 ans vivent aujourd’hui en EHPAD.

Pour être reconnu comme EHPAD l’établissement médicalisé doit avoir conclu avec le Conseil Départemental et l’ARS (Agence Régionale de Santé) une convention tripartite. Cette convention l’engage à respecter un cahier des charges visant à assurer l’accueil des personnes dépendantes dans les meilleures conditions. Elle fixe les objectifs de qualité de la prise en charge des résidents et ses moyens financiers de fonctionnement.

La convention tripartite comprend trois tarifications des services auxquelles correspondent des aides financières spécifiques.
Le tarif hébergement : Il inclut les frais inhérents à l’accueil hôtelier, à la restauration, l’entretien, et plus généralement aux loisirs et animations proposés. Il est à la charge de la personne hébergée avec des possibilités d’aides sous condition de ressources (Aide sociale à l’hébergement ou aide au logement).
Le tarif dépendance : Il comprend tous les frais liés à l’assistance nécessaire à la vie quotidienne de la personne dépendante. Il dépend du niveau de dépendance évalué à partir d’une grille à six niveaux, la grille AGGIR et peut donner droit à l’APA (Aide Personnalisée à l’Autonomie).
Le tarif soins : Il est pris en charge par la Sécurité Sociale, à l’exception : des frais dentaires, des honoraires et prescriptions des médecins spécialistes libéraux, des examens avec des équipements matériels lourds et des transports sanitaires (1).

Actuellement, tout n’est pas vraiment rose dans le monde des EHPAD. L’action conjuguée:

  • D’une augmentation de la fréquentation,
  • De résidents plus âgés et plus dépendants,
  • De carences de personnel,
  • De diminution des dotations.

rend la situation de ces établissements intenable. Les perspectives d’avenir sont d’autant plus sombres qu’il ne suffira pas d’ouvrir de nouveaux EHPAD pour remédier au problème, comme le montre l’infographie ci-dessous.

Ehpad 1

Les EHPAD sont face à une équation insoluble : accueillir des personnes de plus en plus fragiles, physiquement et psychologiquement, avec de moins en moins de moyens. Le secteur peine à embaucher faute de ressources et de possibilité de mieux rémunérer des métiers peu attractifs.

Aux conclusions sans appel de la mission Flash de la députée Monique Iborra en septembre 2017 vient  désormais s’ajouter le cri d’alarme qu’un collectif de directeurs d’EHPAD a adressé à Emmanuel Macron en octobre dernier. Hélas, le pire est à venir puisque la population susceptible d’être hébergée en EHPAD devrait augmenter de manière très importante avec l’arrivée à l’âge de la fragilité de la génération baby boomActuellement, les 730 000 résidents d’EHPAD représentent 10 % de la population française des plus de 75 ans et l’effectif des 75 ans ou plus va atteindre huit millions de personnes en 2030 contre cinq millions en 2005 (+ 60 %). La solution d’avenir n’étant pas dans l’ouverture de nouveaux établissements, l’idée qui fait son chemin et qu’on évoque souvent, sans en définir le contenu ni même les contours est celle de l’EHPAD à domicile. Les collectivités planchent sur le sujet, une expérimentation est même en cours en Ile-de-France et c’est également l’une des pistes privilégiées du rapport Iborra.