Quand la presse parle des EHPAD, c’est rarement en bien.

On ne parle jamais des trains qui arrivent à l’heure. S’il fallait choisir une maxime pour illustrer la couverture médiatique des maisons de retraite, celle-ci serait fort à propos.

Quand la presse parle des EHPAD, c’est toujours pour en révéler les pires travers. Il suffit pour vous en rendre compte de lancer une recherche « Actualité EHPAD » sur le web, comme je l’ai fait à l’instant sur Google :

actualité ehpad 1

La semaine dernière, justement, deux médias ont consacré un sujet aux EHPAD et ce n’est pas vraiment pour en faire l’apologie!

C’est d’abord l’éditorialiste Frédéric Pommier qui présente, le 8 décembre, un édito consacré à sa grand-mère, Suzanne. Son séjour dans un EHPAD de Mayenne ressemble à l’antichambre des enfers :

  • Confinement dans une chambre minuscule,
  • Nourriture insipide,
  • Toilette hebdomadaire,
  • Brimades,
  • Moqueries.
  • Dépression et perte de poids (1).

« Suite à quoi, et alors que pendant des années elle avait répété qu’elle préférerait se pendre que de finir dans un mouroir, Suzanne a admis qu’il était devenu dangereux de rester seule chez elle. Adieu l’appartement, les tableaux, les tapis et les bibliothèques remplies de souvenirs. »

Le plus triste dans l’énumération des maux de la pauvre Suzanne, c’est qu’elle a dû intégrer un EHPAD contrainte et forcée, presque à son corps défendant. Pourtant l’article la dépeint comme une personne suffisamment alerte et lucide pour rester chez elle. Il aurait fallu pour cela que Suzanne puisse bénéficier d’une assistance à domicile. Ou que ses proches soient disponibles pour s’occuper de Suzanne.

Sur ce même sujet mais dans un autre genre, l’émission Dimanche en politique diffusée sur France 3 Grand Est la semaine dernière aborde également la question des EHPAD.

La table ronde réunit une personne membre d’un collectif d’utilisateurs d’EHPAD (surtout leurs proches en fait), un gériatre responsable d’EHPAD et le président du conseil départemental du Bas Rhin. Je vous invite à consulter ce débat, un poil long certes, mais bourré d’informations intéressantes.

Outre les habituelles révélation sur l’univers impitoyable de l’EHPAD, les deux informations clé sont à mon avis :

  1. La part du budget que le Bas-Rhin consacre à la prise en charge de l’autonomie des personnes âgées. 230 millions d’euros. C’est 15% du budget du département.
  2. L’analyse d’un problème majeur de communication autour du vieillissement en analysant une grève qui a touché un EHPAD du Jura au premier semestre et dont la couverture médiatique a été quasi-nulle. D’après les participants à cette table ronde, on n’en parle pas car personne n’a envie de parler du grand âge ni de la vieillesse. C’est la raison pour laquelle les débats autour de la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement ont été totalement passés sous silence .

Eternel optimiste, j’essaye de voir dans l’édito de F.Pommier une exception. Il y a en France plus de 7000 EHPAD. Ils ne peuvent pas TOUS être du même acabit que celui où a échoué Suzanne. Cependant, le reportage de France 3 révèle une situation à peine plus positive et sans grand espoir pour l’avenir. A moins d’adopter des solutions qui redistribuent complètement les cartes.

(1) Edito de Frédéric Pommier du 8 décembre
(2) Synthèse de la loi du 28 décembre 2015

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.