logement intermédiaire

Comment vieillir à domicile ?

La plupart des français souhaitent vieillir à domicile, plutôt qu’en maison de retraite. Ils ne savent pas toujours comment s’y prendre pour faire de ce souhait une réalité, quand leur état de santé se dégrade à cause de l’âge.

Marc : « Ma mère a beau être vaillante, elle a 93 ans et on ne pouvait plus la laisser dans sa maison individuelle de Pau alors que nous habitions Paris. Nous avons donc été obligés de la placer dans un EHPAD. »

Virginie : « A la mort de notre père, notre mère avait besoin d’une assistance mais elle n’était pas pour autant dépendante. On a cherché des solutions mais la seule qu’on a trouvée, c’était de la mettre en EHPAD. »

Comme Marc et Virginie, nombre d’aidants familiaux optent pour l’EHPAD à leur corps défendant car ils ne voient pas d’autres solution pour accueillir un senior fragilisé qui ne peut plus vieillir à domicile.

Il existe pourtant des solutions alternatives, des hébergements non médicalisés qui s’adressent aux personnes âgées autonomes ou en perte d’autonomie légère (Gir 4, 5 et 6) et n’ont pas besoin d’un suivi médical constant. Ces solutions offrent souvent l’avantage de pouvoir disposer :

  1. D’un domicile personnel (en location ou en propriété),
  2. Permettant de préserver un lien social et des contacts humains,
  3. Mieux adapté aux adultes fragilisés (équipements, personnel proche, aménagements),
  4. Plus grand et plus intime qu’une simple chambre en EHPAD,
  5. Moins onéreux qu’un hébergement en EHPAD,
  6. Mais pouvant être financé par les mêmes aides.

Ces formes d’habitat à mi-chemin entre vieillir à domicile et dans une maison de retraite existent depuis de nombreuses années. Ils sont de plus en plus recherchés. Compte tenu de l’augmentation du nombre de personnes âgées dans la population, l’offre croit régulièrement.

L’effet conjugué de plusieurs facteurs :

devraient conduire les personnes âgées et leurs aidants familiaux à ne plus systématiquement envisager le maintien à domicile comme un maintien strict dans le domicile historique.

Quelles sont les solutions pour vieillir à domicile hors du domicile historique ?

vieillir à domicile

Les résidences autonomie : des logements collectifs à vocation sociale

Les résidences autonomie sont des ensembles de logements pour les personnes âgées associés à des services collectifs, souvent construites à proximité des commerces, des transports et des services. Elles sont majoritairement gérées par des structures publiques ou à but non lucratif. Ces structures équivalent à un domicile dans la mesure où les personnes âgées sont locataires de leur logement.

Les résidences autonomies ont une vocation sociale. Leur loyer y est donc modéré et peut être pris en charge par l’APA, l’APL ou l’ASH.

Vous pouvez trouvez tous les détails sur l’accès aux résidences autonomie, les prix ainsi que l’annuaire des résidences autonomie sur le site internet pour-les-personnes-agees.gouv.fr.

Les résidences soleil : une catégorie particulière de résidence autonomie.

Les résidences soleil sont des résidences autonomie construites selon un schéma solaire (en principe). La résidence autonomie regroupe les logements et les services au sein d’un même bâtiment alors que dans la résidence soleil, les logements sont indépendants et au milieu on trouve un bâtiment avec les espaces collectifs. C’est du moins la théorie car, en pratique, une recherche de résidence soleil sur le web renvoie à des résidences autonomie, des résidences services et même des villages de vacances!

Les résidences services : un peu comme les résidences autonomie, mais privées.

Les résidences services sont des ensembles de logements privatifs pour les personnes âgées associés à des services collectifs. Les occupants des résidences services sont locataires ou propriétaires. Tout comme la résidence autonomie, les résidences services réunissent en un même lieu des espaces privatifs d’habitation, des espaces collectifs (salle de loisirs, restaurant, jardin, équipements sportifs, piscine, etc.) et des services additionnels payants.
Les résidences services sont essentiellement construites au cœur des villes à proximité des commerces, des transports et des services. Elles sont gérées par des structures privées commerciales ou associatives. Il s’agit d’une offre commerciale relevant de l’initiative privée. Contrairement aux résidences autonomie, les résidences services ne sont pas habilitées à l’ASH et ne peuvent accueillir des séniors relevant de l’aide sociale.

Les villages seniors : un peu comme les résidences services, mais avec des maisons individuelles

Les villages seniors sont comme leur nom l’indique des villages où les résidents habitent des maisons individuelles alors qu’en résidence services, ils occupent des appartements. Tout comme la résidence service, le village senior est géré par des structures privées commerciales ou associatives.

Les beguinages : la réhabilitation d’un logement intermédiaire hérité du Moyen Age

Les béguinages se sont développés à partir du 13ème siècle dans le Nord de l’Europe. Ils désignaient un regroupement de logements individuels et de bâtiments communs au sein d’un espace clos. Des communautés religieuses de femmes, les béguines, y vivaient.

Les béguines vivaient en communauté, tout en conservant leur indépendance. Ces femmes logeaient dans des maisons ou des appartements individuels et utilisaient les bâtiments communs du béguinage (boulangerie, lingerie…). Aujourd’hui, certains lieux historiques sur lesquels étaient implantés les béguinages ont trouvé une autre vocation : le logement des personnes âgées. Ils sont majoritairement situés dans le Nord de la France et sont en général gérés par des bailleurs sociaux ou des communautés religieuses.

La philosophie de l’entraide et de la solidarité reste au cœur de ces résidences. Les béguinages se composent en moyenne de 10 à 20 logements privés de plain-pied (une maison ou un appartement) en location ou en propriété. Ces logements sont conçus pour des personnes vieillissantes ayant des difficultés de mobilité.

vieillir à domicile

La famille d’accueil : le maintien à domicile chez l’habitant

Le principe est simple : une famille agréée par le conseil départemental héberge, nourrit et blanchit un senior contre rémunération. Celle-ci peut-être prise en charge par l’APA et les aides sociales. Nous avons présenté la famille d’accueil au travers du projet CetteFamille. Cette entreprise facilite la mise en relation entre des seniors désireux de rejoindre une famille d’accueil et des familles d’accueil disposant de place pour les accueillir.

La colocation : le maintien à domicile à plusieurs

La colocation est un mode de partage de l’habitat privatif dans lequel plusieurs locataires se partagent un lieu de vie en mutualisant les frais. Dans l’optique du maintien à domicile des seniors, la colocation peut prendre plusieurs formes :

  • La colocation intergénérationnelle consiste à partager un appartement entre des seniors et des étudiants, les derniers voyant leur loyer minoré en échange de services d’aide, de surveillance et d’assistance des ainés. Ce système est piloté par des réseaux associatifs comme COSI.
  • La colocation entre seniors consiste à louer un logement entre plusieurs seniors en mutualisant les dépenses et les aides (et notamment les aides à domicile). Ce système est également proposé pour les adultes handicapés au travers du très beau projet Le Club des 6 dont nous vous parlerons prochainement.

L’habitat groupé autogéré: un projet de vie plein de promesses

L’habitat groupé autogéré est, avec la colocation, le seul type de logement intermédiaire où les seniors ont leur mot à dire sur l’organisation. Il s’agit en effet d’un immeuble d’habitation autogéré par la communauté de seniors qui l’occupent. Très peu développé en France, le modèle est plus répandu dans les pays d’Europe du Nord, où il apparait comme une bonne solution aussi bien termes économiques (réduction des dépenses publiques liées au vieillissement) que sociaux (qualité du vieillir qui privilégie l’autonomie de la personne et la solidarité collective). L’exemple français le plus connu est La Maison des Babayaga à Montreuil (93).

Conclusion

On le voit, l’offre de solutions de maintien à domicile est bien étoffée. Cette diversité devrait répondre aux attentes d’une grande partie des seniors cherchant une alternative au maintien à domicile qui ne soit pas l’EHPAD.

vieillir à domicile