Déshydratation

Avis de médecin : la déshydratation

La déshydratation est un problème gériatrique survenant fréquemment, souvent grave, d’installation insidieuse donc trompeuse, devant être traitée en urgence. Nous faisons un bilan complet du sujet avec le Docteur Nicole Jacquin-Mourain.

Anggel'domLa déshydratation est un problème gériatrique survenant fréquemment, souvent grave puisque exposant à des complications neurologiques, thromboemboliques et/ou de chutes, d’installation insidieuse donc trompeuse, devant être traitée en urgence.

Pour mieux la comprendre, la détecter et la gérer, nous avons demandé conseil au Docteur Nicole Jacquin-Mourain, gériatre, ancienne présidente de l’association nationale des gériatres libéraux et fondatrice d’Anggell’Dom.

Déshydratation : un risque accru chez le patient âgé

La déshydratation est une déplétion relativement pure uniquement d’eau. La déplétion volumique est une perte d’eau et de sodium dont le résultat est une diminution du liquide extra corporel.

La déshydratation est fréquente et grave chez le sujet âgé qu’il soit à son domicile ou en institution : elle représente 7% des motifs d’hospitalisation.

Le vieillissement physiologique entraîne fréquemment une rhinorrhée obligeant à respirer par la bouche, ainsi qu’une atrophie des glandes salivaires pouvant entraîner une bouche sèche au goût métallique majorée par certaines thérapeutiques.

En vieillissant la personne âgée perd donc souvent la notion de soif ; elle doit donc s’astreindre à boire systématiquement même si elle n’en ressent pas le besoin.

Les aidants devront donc proposer régulièrement des boissons tout au long de la journée et si possible noter les apports.

Il est recommandé de boire entre un litre et un litre et demi d’eau par tranche de 24 heures. Vous devez augmenter la quantité en cas de fortes chaleurs ou d’appartement trop chauffé.

pexels-photo-327090.jpeg

 

Déshydratation : les facteurs aggravants

Les facteurs aggravants peuvent être :

  • L’alitement prolongé,
  • Les fausses routes alimentaires,
  • Une diminution de la capacité des reins à concentrer les urines pouvant entraîner des fuites urinaires désagréables, la personne âgée se retenant alors de boire.
  • La prescription de diurétiques fréquentes dans cette population peut également induire ou majorer une déshydratation tout comme les situations de fièvre, d’infections, de troubles digestifs tel que le diarrhée et/ou les vomissements,
  • Les grosses chaleurs, la canicule.
  • Certains traitements comme les psychotropes (neuroleptiques, antidépresseurs, anxiolytiques), somnifères, peuvent entraîner la sensation de bouche sèche habituelle et ne pas inquiéter les patients.

Comment détecter la déshydratation…et que faire ?

Les signes cliniques spécifiques annonciateurs d’une déshydratation sont :

  • Sécheresse de la bouche,
  • Pli cutané (difficile à retrouver),
  • Sensation de soif,
  • Pesée : Tout amaigrissement rapide est lié à une perte d’eau.

Les signes cliniques non spécifiques sont : une altération de l’état général, avec état confusionnel (le cerveau est constitué de 95% d’eau).

Enfin les signes de gravité sont l’hypotension artérielle avec tachycardie et troubles de la vigilance.

La déshydratation est toujours confirmée par le bilan sanguin : Au minimum Ionogramme, clearance de la créatininémie, protidémie et hématocrite. Elle nécessite un traitement par perfusions sous cutanées et/ou intra veineuses.

Vous devez appeler votre médecin traitant en cas d’apparition d’un ou plusieurs signes cliniques spécifiques. Vous devez faire de même en cas de doute. Votre médecin peut réaliser une réhydratation par perfusion au domicile si le problèmes est détecté suffisamment tôt.

Si des signes de gravité sont détectés, une hospitalisation d’urgence est indispensable avec mise sous surveillance de la personne âgée.

déshydratation

 

2 commentaires

Laisser un commentaire