robot medipep

MediPep : un robot à l’EHPAD

Le robot est la plus fantasmée de toutes les innovations technologiques qui vont se développer et se banaliser dans les années à venir.

Tout le monde connaît les robots.

Ils font partie de l’imaginaire collectif depuis plus de cinquante ans. Ils peuplent la littérature SF, les films d’anticipation, les jeux vidéo. Si chacun a sa propre vision du robot, quand je vous dis que les robots arrivent dans les EHPAD, vous visualisez généralement une créature humanoïde et pas un mixer Moulinex !

Silvère Jauny est le co-fondateur de Spin’R, une société qui développe MediPep, le premier robot d’assistance du personnel médical. MédiPep est une version spécialisée du robot Pepper.

Silvère Jauny le constate chaque jour. Tout le monde sait ce qu’est un robot, a sa petite idée sur la finalité d’un robot et sait que l’arrivée des robots dans notre quotidien est inéluctable.

“Aujourd’hui, tout le monde commence par dire : On sait que ça arrive, on sait que c’est l’avenir”

robot medipep pepper

Peut-être que cette acceptation de la place future du robot dans notre quotidien a été forgée par ce creuset culturel populaire dans lequel le robot est omniprésent. Peut-être que l’acclimatation au robot est facilitée par son apparence. C’est vrai qu’il a l’air sympa comme tout, le petit Pepper, avec sa taille de bambin (120 cm), son demi-sourire et ses grands yeux de personnage de dessin animé japonais.

La société Spin’R a été créée début 2018 par Sylvère Jauny, un quinquagénaire fort d’une expérience de plus de 15 ans dans le médico-social. Silvère Jauny a notamment occupé les fonctions de directeur d’EHPAD et d’ESAT. L’entrepreneur déplore que ce secteur en crise ait tant de mal à adopter les nouvelles technologies.

“Le médico-social a raté le virage du numérique alors que le grand public l’a déjà adopté”

L’entrepeneur est persuadé que dans les dix prochaines années, le handicap et la dépendance seront compensés par la technologie. En ESAT, il a vu comment les systèmes de commande vocale permettent désormais à des publics illettrés ou analphabètes d’utiliser internet malgré leurs déficiences.
Convaincu des bienfaits de la technologie, pour pallier aux limites d’une organisation reposant intégralement sur de l’humain, Silvère Jauny fonde Spin’R. Le but de la société est d’apporter des réponses technologiques aux problématiques du monde médico-social.

Le premier produit développé par Spin’R est un robot dédié à l’accueil et au suivi des résidents dans les EHPAD, EHPA et Résidences services. Il s’appelle MediPep
MediPep est une réponse aux problèmes de recrutement et de disponibilité du personnel dans ces structures.

L’entreprise a recherché un système prêt à l’emploi, autonome et promettant une bonne expérience utilisateur (UX). Les français ont choisi le robot Pepper car sa production industrielle par Softbank Robotics garantit sa fiabilité, une maintenance réactive et des délais de livraison satisfaisants.

“Nous ne voulions pas d’une solution qui prenne des mois à être opérationnelle : Il existe plusieurs projets de robots émotionnels, mais Softbank Robotic est la seule société qui a déjà industrialisé la fabrication de son modèle.”

Inventé par un ingénieur français, le robot Pepper est fabriqué par la société japonaise Softbank Robotics qui le commercialise depuis 2015. C’est à ce jour le modèle de robot le plus diffusé dans le monde.

Pepper est un robot émotionnel. Il est capable d’adapter ses réactions à son environnement.
Le robot possède ainsi une variété de tons et de registres de langue qu’il va sélectionner en fonction de l’analyse du contexte et de son interlocuteur. La reconnaissance des émotions de l’interlocuteur est basée sur la détection des expressions faciales, du ton et du champ lexical employé.
Outre l’interaction verbale, le robot va adapter sa position et respecter une certaine distance avec la personne, afin qu’elle ne soit pas mal à l’aise, mais que la relation puisse tout de même se construire. De la même façon, Pepper va adopter un langage corporel particulier. Tout cela dans le but que sa réaction soit la plus pertinente et la plus appréciée par l’interlocuteur.
Les fonctionnalités basiques du robot Pepper lui permettent d’interagir avec les humains.

“Le robot Pepper est une belle machine, mais ce qui permet de créer un marché, c’est de développer une solution métier.”

Pour y parvenir, il est nécessaire d’enrichir sa programmation selon l’activité spécifique à laquelle il est destiné. C’est le travail réalisé par Spin’R pour créer le robot MédiPep.

MédiPep est un robot Pepper spécialisé

Sa fonction est de seconder le personnel médico-social dans les EHPAD. Son programme a été développé avec des professionnels de la gérontologie. La programmation de Pepper est réalisée sous le contrôle étroit de Softbank Robotics. Selon le fabricant, MediPep est le projet Pepper qui va le plus loin actuellement.
La firme Japonaise suit MediPep d’autant plus près que le Japon a depuis longtemps décidé de privilégier la robotique à l’humain pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes.

Outre sa programmation spécifique, MédiPep a bénéficié d’adaptations “physiques” pour répondre aux spécificités de son usage en établissement médico-social. Le robot doit être autonome, se recharger tout seul, il ne doit pas avoir d’interrupteur puisqu’on attend de lui une disponibilité permanente.

MediPep n’a pas vocation à remplacer le personnel des EHPAD.

Il doit les seconder dans les activités chronophages et répétitives. Il doit également offrir plus d’autonomie aux résidents. En voici quelques illustrations :

  1. La surveillance de l’activité d’une personne âgée dépendante peut vite devenir complexe, quand il s’agit de lui demander plusieurs fois par jour si elle s’est correctement hydratée, si elle est allée aux toilettes, si elle a mal quelque part, etc. Un robot ne se lasse pas, il peut poser la même question des dizaines de fois en conservant un ton uniforme et une voix enjouée.
  2. MediPep est capable d’identifier individuellement chaque résident et de stocker les observations et relevés plus efficacement qu’un humain. Les informations sont traçables, historisées, classées chronologiquement. Elles peuvent être transmises aux professionnels de santé.
  3. Le robot est disponible quand les personnes âgées expriment un besoin ou un problème de santé, par exemple un mal de dents.
  4. Pour les résidents les moins dépendants, le robot est une présence active qui peut répondre à chaque sollicitation et permet d’inverser le processus relationnel de l’EHPAD où les résidents passifs attendent la visite du personnel pour exprimer leurs besoins.

“Medipep permet de réhumaniser le travail du personnel de l’EHPAD en prenant en charge les activités mécaniques et sans valeur ajoutée.”

Développé et évalué durant le premier semestre 2018, MediPep va être testé en living lab dans trois EHPAD à partir du mois prochain. L’objectif de Spin’R est de développer le programme de son robot en prenant en compte tous les cas d’usage et les nouveaux besoins qu’une confrontation à la réalité du terrain ne manqueront pas de révéler.

Le prix de lancement de MediPep est de 50 000 euros par robot. Le dispositif est finançable par l’ARS. Une soixantaine de demandes de financement ont déjà été déposées. Les fondateurs de Spin’R comptent également sur l’appui du Ministère de la Santé pour développer leur offre, véritable alternative à la crise actuelle.

Bien sûr, une telle solution soulève des doutes et des critiques. Tout sympathique que soit le petit robot, il est parfois difficile d’imaginer comment une machine peut remplacer un humain dans une activité de contact.

“MediPep est un robot qui instantanément provoque un lien”.

Il suffit pour s’en convaincre d’avoir assisté aux scènes de liesse devant les prouesses de Pepper au dernier salon Vivatech. Silvère Jauny le confirme. A chaque fois qu’il a présenté MediPep, à un public test, des prospects, des investisseurs ou même des journalistes sceptiques, il a fallu moins de cinq minutes au robot pour se faire aimer.

Pour vous en convaincre, vous pourriez rencontrer MédiPep à Paris pendant tout l’été dans le pop-up showroom de Spin’R. La visite du showroom se fait sur rendez-vous uniquement, vous pouvez réserver un créneau en contactant l’attachée de presse du projet, Katarzyna Wadolowska.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.