Les réflexions de Sweet Home en Vacances

Les réflexions de Sweet Home en vacances

Septembre, les valises sont défaites depuis quelques jours, les courses sont venues remplir le frigo vide depuis plusieurs semaines. Le temps est plus doux, plus brumeux et les caresses des vagues de l’été semblent bien loin. C’est dans cette nostalgie des “ça crame les pieds” et “oublie pas de mettre de la crème” qu’on vous livre les réflexions passées dans la caboche, allongé sur un transat.

Réflexion n°1 : Athlète un jour, athlète toujours ? 

Qui dit été 2021 dit Jeux Olympiques de Tokyo. Peut-être les avez-vous suivis de près et adoré cette saison nippone. Peut-être n’avez vous vu que les dépêches réservées de l’AFP comptabilisant les médailles d’or françaises.

Déformation professionnelle oblige, nous nous sommes demandés : une fois retraités, que deviennent les athlètes de haut niveau? 

Saviez-vous que les athlètes seniors ont eux aussi leurs propres jeux Olympiques ? 
Les “Master Games” rassemblent tous les athlètes retraités de plus de 35 ans.
A 35 ans, vous nous direz que c’est un peu curieux de se faire appeler “senior”, et on est d’accord. 

Mais ces jeux sont ouverts à tous les athlètes de tout âge et de tout niveau. Y compris les plus âgés ! Plusieurs centenaires (ou presque) ont déjà participé aux dernières éditions. Nous avons l’exemple édifiant de Margo Bates, nageuse de 98 ans ou encore Brisbane Ruth Frith, lanceuse de marteau de 100 ans ! 

Une passion qui ne meurt jamais 

Tous animés par la passion du sport, ils défient la vieillesse et ses stigmates en gardant une forme olympique (c’est le cas de le dire). Ils nous surprenant par des prouesses physiques mémorables. 
Allez donc voir les pirouettes de Johanna Quaas, gymnaste allemande de 95 ans. Ou encore, suivre le parcours de Joël de Rosnay, pionnier du surf français de 83 ans qui n’a pas lâché sa planche une seule fois depuis 1957. 

Ça vous donne le vertige ? Nous aussi. Reprenons notre souffle quelques minutes. 

Une longévité hors du commun ?

Ces exemples édifiants, que nous disent-ils de la longévité ? 

Ces individus ont-ils des dispositions particulières qui leur permettent de continuer leur performance sportive ? Est-ce le résultat d’une pratique ininterrompue depuis des décennies ? Ne sont-ils pas sujets aux rhumatismes, à l’arthrose, aux problèmes d’articulation, comme tout le monde ?  

Sont-ils des exemples à suivre ou nous montrent-ils que cette “vieillesse sportive” n’est réservée qu’aux athlètes? Peut-on espérer de “bien-vieillir” en ayant été un joggeur du dimanche tout au plus ?

Les questions de longévités vous intéresse ? Jetez un oeil à cet article

Il n’est jamais trop tard pour enfiler ses baskets

Ces manifestations sont bel et bien un exemple montrant qu’une activité physique régulière favorise le bien-vieillir. 

On peut commencer une activité physique à plus de 60 ans, et voir les bénéfices sur la santé dès les premières séances : circulation sanguine, capacité cardiaque et pulmonaire, qualité du sommeil, moral au top…

Alors, évidemment, vous ne ferez peut-être pas le 100m en quelques fractions de secondes (mais peut-être que si)? Une étude suédoise à même montré que les hommes qui avaient commencé une activité physique entre 50 et 60 ans, avaient, au bout de 10 ans, une espérance de vie pratiquement équivalente à ceux qui faisaient régulièrement du sport avant 50 ans. Tout n’est donc pas joué à 50 ans et les chances d’inverser la courbe sont solides.

Cependant, une fois la motivation retrouvée et un tour chez Decathlon, il n’est pas toujours facile de trouver le sport adapté à ses envies et ses capacités. 

Omar Bennouna, co-fondateur de Neosilver avec Jean Hennequin, nous explique comment (re)trouver une pratique qui fait du bien au cœur et au moral. 

Neosilver
Omar Bennouna et Jean Hennequin, co-fondateurs de Neosilver

Quelles sont les difficultés qu’on peut rencontrer quand on est senior pour commencer une activité sportive ? 

Généralement, le réflexe des seniors qui veulent commencer une activité sportive c’est d’aller voir les salles de sport de leur quartier. Sauf que globalement, les salles de sport sont plutôt calibrées sur un public de jeunes actifs. Pour les séniors, les formats des cours, les horaires, les coachs ne sont pas vraiment adaptés. La majorité des cours sont entre 12h et 14h ou après 18h, ce sont des classes de 20 personnes, voire plus etc… Certains coachs n’ont pas forcément la pédagogie pour adapter leurs cours aux capacités des seniors qui pourraient présenter des blessures ou des petits soucis de santé. 

Si on s’oriente vers des associations de quartier ou de collectivités dans des communes où on fait des activités “adaptées” pour les séniors, là on se retrouve sur l’autre extrême. C’est-à-dire qu’on ne va pas se sentir à sa place. Ils vont trouver que ce sont des activités pour des seniors plus avancés dans l’âge, plus fragiles. 

De la même manière, ils vont dire  “il n’y a rien pour moi”. Il n’y a pas d’entre deux, alors que précisément, c’est ce qu’ils recherchent. Il leur faut une activité qui les font se sentir jeunes et qui boostent leur estime. Et du coup, ils sont tout à fait capables de faire du Pilates, de la boxe, ou tout type d’activité. 

Comment comptez-vous lever ces difficultés avec Neosilver ?

Premièrement, on facilite la recherche parce qu’on a une plateforme en ligne qui a été construite avec les séniors, avec des jeunes retraités et des plus âgés. On facilite la recherche en fonction d’un certain nombre de critères qu’on a définis : 

  • La proximité de l’activité lorsqu’elle est à distance
  • Le coût
  • Les horaires adaptés
  • Les activités en petits groupes
  • L’interactivité

Après, il y a aussi une attention particulière qui est portée dans la sélection des intervenants avec lesquels on travaille. Tous nos intervenants sont diplômés, expérimentés, ont déjà travaillé avec des seniors et des personnes de tout âge. Et surtout ils ont une pédagogie et une bienveillance envers les participants. Ils vont prendre le temps d’accompagner les élèves, d’échanger avec eux pour comprendre leurs difficultés et adapter les cours.

Comment trouver une activité qui nous plaît si on n’a jamais pratiqué de sport de sa vie ? 

Généralement, les gens ont déjà une petite idée de ce qu’ils veulent et parfois, ils disent qu’ils n’ont pas conscience que certaines activités existent et qu’elles peuvent leur correspondre. Typiquement, on peut les conseiller sur des activités spécifiques et adaptées, comme le Taï chi, le yoga doux, la gym douce, la danse…

Sport pour seniors
Yoga, gym, méditation… Des activités douces qui font le plus grand bien

Il y a plusieurs points de contacts humains par téléphone pour nous poser des questions portant sur les activités. On va orienter les personnes en fonction de leurs envies et capacités vers telle ou telle activité. Toutes les informations sont communiquées aux professeurs au début d’un cours. Il y a aussi un système de messagerie directe lorsqu’une personne réserve une activité ou souhaite réserver une activité. 

Est-ce que vous recommandez les cours en ligne pour les débutants?

Oui, complètement. On a lancé les cours en ligne dès le premier confinement. Une partie de nos utilisateurs étaient au fait du numérique et n’ont pas eu beaucoup de difficultés. L’autre partie a eu un peu de difficulté au départ. Rapidement, on a mis en place une procédure et un accompagnement téléphonique pour les aider à se connecter à un cours en visioconférence. 

Il a fallu aussi que les professeurs adaptent leurs cours pour s’assurer que tout le monde fasse les bons mouvements sans se faire mal. Il y a eu beaucoup de gym douce, de méditation, de sophrologie etc… 

C’est finalement un format qui plaît beaucoup : on est dans le confort de sa maison, on évite les transports, on peut prendre sa douche chez soi. Cela permet aussi d’être plus sur l’accompagnement, donc c’est tout à fait adapté aux débutants.

Est-ce que vous pensez continuer le sport une fois à la retraite, voire commencer de nouvelles activités ?

Personnellement, je fais beaucoup de yoga et de natation. Je vois aujourd’hui des séniors qui utilisent notre service, qui ont pratiqué pendant toute leur vie, et qui veulent continuer de manière plus douce. Ils nous disent “Aujourd’hui, j’ai envie de continuer, mais lorsque je vais à un cours, ils sont 25. Le professeur est très jeune et ne comprend pas mes attentes. Je ne me sens pas à ma place”. Et ils sont ravis de continuer avec Neosilver parce que, justement, on leur propose cette version adaptée des cours. 

Donc, oui, moi ça m’a donné envie. Je sais que plus tard, j’aurai la chance de continuer des activités comme le yoga, de manière plus adaptée.

Un autre avantage en travaillant dans ce domaine, c’est qu’on teste beaucoup d’activités. J’ai eu l’occasion personnellement de tester l’aquabike avec un groupe de dames retraitées qui étaient beaucoup plus fortes que nous ! (rire)

Quels sont les retours que vous avez des participants ?

On a souvent eu des retours par exemple de personnes qui nous ont remercié car elles avaient par exemple commencé le Pilates et ça leur a permis de retrouver de l’estime de soi. Ça permet aussi de rapprocher les générations. Leurs familles étaient même étonnées qu’elles fassent du Pilates. Elles ont des sujets de conversation avec leurs enfants ou petits-enfants. Et c’est le cas pour plein d’autres activités comme le DIY (Do It Yourself) qui permet d’offrir des petits objets, des bijoux, ou autres, à ses proches.

On est très fiers et très heureux lorsqu’on a ce genre de retours qui font chaud au coeur et qui nous motive à continuer.

Vous avez vos baskets aux pieds ? Allez jeter un oeil aux activités proposées par Neosilver

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page