A quoi sert le Gir ?

Le Gir est l’indicateur du degré de dépendance d’une personne âgée, en France. Le niveau de Gir permet de :

  • Mesurer le niveau d’aide dont a besoin la personne âgée dépendante.
  • Disposer d’un référentiel unique pour communiquer avec les professionnels de la perte d’autonomie, notamment les EHPAD, le médecin traitant, les services d’aide à domicile, etc.
  • Calculer le montant de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) dont pourra bénéficier la personne âgée dépendante (L’APA est réservée aux personnes âgées de soixante ans et plus).

L’APA permet de financer les dépenses liées à la prise en charge de la perte d’autonomie. Par exemple les frais d’hébergement en EHPAD ou les aides à domicile.

Le Gir n’est utile que pour les personnes âgées de plus de 60 ans. Les personnes dépendantes de moins de 60 ans peuvent bénéficier du régime du handicap, plus favorable (les aides sont plus élevées) mais dont le calcul est fait selon d’autres référentiels.

Le Gir sert uniquement pour calculer la dépendance d’une personne de plus de 60 ans, même si celle-ci était déjà dépendante avant ses 60 ans.

Comment est évalué le Gir d’une personne âgée dépendante ?

Le Gir est calculé à partir de la grille nationale Aggir, également connue sous le nom de Grille Gir. Cette grille permet de recenser des valeurs qui sont ensuite passées dans un algorithme. Le résultat est un score, le fameux GIR. Il indique le niveau de dépendance selon les capacités de la personne à réaliser seule des actes de la vie courante.

La grille Aggir donne un score de 1 à 6. C’est, au regard des autorités sanitaires et sociales françaises, le niveau de dépendance de la personne évaluée.

L’enjeu de la grille Gir est d’établir des profils de personnes dépendantes afin de leur attribuer une aide équivalente et équitablement financée.

Comment calculer le Gir d’une personne âgée dépendante ?

Le signalement, fait générateur du processus, est fait par l’assistante sociale, le médecin traitant ou un proche aidant dans le cadre d’une procédure de demande d’APA ou en préalable à une admission en Ehpad.

Mesure administrative au réalisme souvent contesté, le Gir permet en effet uniquement de calculer l’APA. Si vous ne souhaitez pas demander l’APA, inutile de soumettre une personne âgée à la procédure de calcul.

Une fois la demande formulée, le processus commence avec une enquête de terrain.

Une équipe médico-sociale est chargée d’établir le score à partir d’une enquête de terrain. Ils réunissent la personne âgée, son éventuel proche aidant, l’éventuelle assistante sociale et – très rarement – le médecin traitant. L’équipe pluri-disciplinaire pose des questions à la personne âgée et étudie son lieu de vie et ses comportements.

Les observations sont rapportées dans un document de synthèse : la Grille Aggir. Ensuite un calcul savant est réalisé afin d’évaluer le niveau d’autonomie de la personne âgée en faisant la somme de toutes ses dépendances.

Ainsi une personne âgée qui a besoin d’assistance pour se lever mais est autonome pour préparer ses repas et s’alimenter n’aura pas le même score qu’une personne qui peut se lever seule mais a besoin d’assistance pour faire ses repas !

La liste des activités évaluées par l’équipe médico-sociale.

L’équipe médico-sociale va évaluer les comportements de la personne âgée en se basant sur une liste réglementaire d’activités.

Activités corporelles et mentales (discriminantes)

  • Communiquer verbalement et/ou non verbalement, agir et se comporter de façon logique et sensée par rapport aux normes admises par la société,
  • Se repérer dans l’espace et le temps,
  • Faire sa toilette
  • S’habiller, se déshabiller,
  • Se servir et manger,
  • Assurer l’hygiène de l’élimination urinaire et fécale,
  • Se lever, se coucher, s’asseoir, passer de l’une de ces trois positions à une autre,
  • Se déplacer à l’intérieur du lieu de vie,
  • Se déplacer en dehors du lieu de vie,
  • Utiliser un moyen de communication à distance (téléphon, alarme, sonnette, etc.) dans le but d’alerter en cas de besoin.

Activités domestiques et sociales (illustratives)

  • Gérer ses affaires, son budget et ses biens, reconnaitre la valeur monétaire des pièces et billets, se servir de l’argent et connaitre la valeur des choses, effectuer les démarches administratives, remplir les formulaires.
  • Préparer les repas et les conditionner pour qu’ils puissent être servis,
  • Effectuer l’ensemble des travaux ménagers courants,
  • Utiliser volontairement un moyen de transport collectif ou individuel,
  • Acheter volontairement des biens,
  • Respecter l’ordonnance du médecin et gérer soi-même son traitement,
  • Pratiquer volontairement, seul ou en groupe, diverses activités de loisir.

Deux catégories d’activité sont observées : discriminantes et non discriminantes

  • Les activités discriminantes qui sont utilisées pour calculer le Gir,
  • Les activités non discriminantes qui servent uniquement d’élément d’observation mais n’entrent pas dans le calcul.

Ces activés non discriminantes permettent de déterminer la nature des aides dont a besoin la personne âgée.

Ces éléments sont repris dans le Plan d’Aide, le document qui détermine les modalités d’utilisation de l’APA. Ce plan d’aide doit impérativement être respecté – au quart d’heure près – pour pouvoir bénéficier de la prise en charge des aides par l’APA.

L’évaluation de la dépendance

Une fois l’enquête finalisée, l’équipe médico-sociale reporte ses constats dans une grille Aggir qui mouline les données et sort son résultat de 1 à 6. Plus il est bas (proche de 1), plus la personne âgée est dépendante et requiert une aide importante.

Description des niveaux de Gir

Gir 1 : personne confinée au lit ou au fauteuil, dont les fonctions intellectuelles sont gravement alternées, nécessitant la présence constante d’intervenants.

Gir 2 : Personne confinée au lit ou au fauteuil et dont les fonctions intellectuelles ne sont pas totalement altérées, nécessitant une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante. Personne dont les fonctions mentales sont altérées, mais pouvant se déplacer seule. Certains gestes, tels que l’habillage ou la toilette, ne peuvent être accomplis en raison de la déficience mentale.

Gir 3 : Personne ayant partiellement conservé ses capacités motrices, mais ayant besoin d’être assistée pour se nourrir, se coucher, se laver.

Gir 4 : Personne ayant besoin d’aide pour se lever, se coucher, mais pouvant se déplacer à l’intérieur de son logement. Une assistance est parfois nécessaire pour la toilette ou l’habillage. Personne n’ayant pas de problèmes de déplacement, mais qui doit être assistée pour les soins corporels et les repas.

Gir 5 : Personne relativement autonome dans ses activités, se déplaçant seule, mais ayant besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et l’entretien du logement.

Gir 6 : Personne encore autonome dans tous les actes de la vie courante.

Une fois le Gir établi, l’équipe médico-sociale réalise un plan d’aide et adresse celui-ci assorti du montant d’APA évalué selon le Gir, les ressources de la personne âgée et le tarif départemental.

La personne âgée dispose alors d’un délai de réflexion pour accepter, refuser ou contester la proposition.

L’effet psychologique du calcul

La DREES a réalisé en 2016 une étude de terrain sur le non recours à l’APA. Les autorités sanitaires et sociales constatent en effet que près de 25% des personnes âgées dépendantes ne recourent pas à l’APA alors qu’elles y sont éligibles.

Parmi les causes de non recours, on trouve :

  • Les personnes qui savent que leurs revenus sont trop importants pour percevoir une APA significative,
  • Les personnes qui sous estiment leur niveau de dépendance,
  • Les personnes qui ne veulent pas demander de l’aide, par principe ou parce qu’elles ont des proches aidants qui subviennent à leurs besoins.

L’intéressante étude de la DREES révèle également un point notable : formuler la demande d’APA peut avoir un effet accélérateur sur la perte d’autonomie d’une personne âgée. En décrivant ses difficultés à l’équipe médico-sociale, elle en prend conscience et renonce peu à peu à faire les efforts qui lui permettent de contourner la difficulté. On parle ici de cas de Gir faibles (Gir 4, Gir 5). Des cas de Gir qui ne bénéficieront pas d’une aide significative.

En effet, l’APA est versée à partir de Gir 4, les Gir 5 et 6 n’ont pas d’aide. Et l’APA pour un Gir 4 est très résiduelle.

Evaluez le Gir d’une personne âgée dépendante

Vous êtes proche aidant ? Professionnel intervenant à domicile ? Vous vous posez des questions sur les modalités de calcul du Gir et les observations qui sont faites pour évaluer la dépendance d’une personne âgée ?

Je vous recommande de réaliser une évaluation du niveau de Gir d’une personne âgée avant d’activer la demande réelle. Ceci afin de savoir si la demande est vraiment justifiée et permettra de percevoir une aide significative.

Pour vous aider dans ces démarches exploratoires, j’ai conçu une grille Aggir identique à celle utilisée par l’équipe médico-sociale et un tableau d’évaluation de l’APA.

Vous avez aimé cet article ? Vous avez appris des choses ?

Savez-vous que nous publions un nouveau contenu chaque semaine ?

En le lisant, vous prendrez de l’avance sur vos concurrents sans avoir à réaliser une veille fastidieuse…. puisque nous la ferons pour vous !

Pour bénéficier de ce contenu c’est simple : rejoignez notre liste de diffusion exclusive en inscrivant votre email ci-dessous.

Ou… découvrez les derniers numéros de Longévité en visitant cette page de présentation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page