Le baluchon débarque en France

Le baluchon débarque en France

Les associations d’aide aux malades d’Alzheimer qui militaient pour une reconnaissance du baluchonnage en France ont obtenu gain de cause. Le 10 août dernier, la loi pour un Etat au service d’une société de confiance a créé les conditions légale permettant l’expérimentation du baluchonnage en France. 

Petit rappel sur le baluchonnage

Le baluchonnage est un dispositif de répit et d’accompagnement aidant-aidé à domicile. Un intervenant professionnel unique, spécialement formé et accompagné, vient remplacer l’aidant proche au domicile de la personne dépendante, plusieurs jours d’affilée, 24h/24.

La présence constante du baluchonneur permet d’associer à la fonction de répit pour l’aidant et d’accompagnement de la personne aidée, une mission d’accompagnement et de formation de l’aidant. L’objectif est double :

  • Permettre au proche aidant de se reposer, souffler, partir en vacances, penser à autre chose en ayant la conscience tranquille et l’esprit libre,
  • Soutenir sur le long terme la qualité de la relation aidant-aidé et le choix du maintien à domicile.

L’essentiel est dit dans cette petite vidéo réalisée par nos soins (durée 57 secondes) :

Vous pouvez également consulter l’article que nous avons consacré au baluchonnage il y a quelques mois : lire l’article. 

La situation avant la loi du 10 août 2018 : du baluchonnage borderline

En l’absence de contexte légal favorable, le baluchonnage était jusqu’à ce jour peu répandu en France, mais pas totalement absent. Quelques organismes locaux ont déjà développé des formules de baluchonnage. Citons par exemple :

  • L’association Répit Bulle d’Air, créée en 2010 par la Mutualité Sociale Agricole (MSA) qui intervient principalement en Rhône-Alpes mais étend depuis peu ses services à une dizaine d’autres départements. 
  • L’association Notre-Dame du Bon Secours a créé sa plateforme de répit depuis 2009 en sous-traitant la prestation à un SAAD (Atmosphère Services).
  • L’EHPAD associatif Le village des Aubépins à Maromme (76)

Répit Bulle d’Air et Notre Dame du Bon Secours délivrent la prestation de baluchonnage en mode mandataire. Le baluchonnage est possible en mode mandataire car dans ce cadre légale, le salarié peut effectuer une vacation de 48 heures d’affilée (sur la base du volontariat). En mode prestataire, la durée du travail est plafonnée à 13 heures.

L’autre avantage du mode mandataire est son coût horaire très inférieur au coût horaire en mode prestataire : 16 euros à l’heure en mandataire contre 25 euros à l’heure en prestataire (pour comprendre la différence entre ces deux modes d’emploi d’aide à domicile, voir notre article : Comment recruter une aide à domicile). L’inconvénient est bien sûr de devenir l’employeur de l’aide à domicile avec tous les aléas que cela implique.

Quant au Village des Aubépins, ils ont adopté une formule hybride proche du modèle Québecois.

Ces trois expérimentations ont été conduites avec la bénédiction des autorités de santé locales qui autorisent le financement de ces prestations via les dispositifs d’aide habituels (et notamment l’APA). Malgré cela, le reste à charge toujours conséquent représente un frein majeur pour le déploiement à grande échelle de ces initiatives. 

Ramené à un coût horaire, ce reste à charge n’est pas très élevé, mais la durée de la prestation fait vite exploser les compteurs. 

Le baluchon débarque en France

Ce qui va changer avec la loi du 10 août 2018

L’article 53 de la loi du 10 août 2018 autorise les établissements et services sociaux et médico-sociaux à expérimenter pendant une durée de trois ans la mise en place de prestations de suppléance à domicile du proche aidant d’une personne nécessitant une surveillance permanente.

Dans ce cadre, les salariés des établissements ou du particulier employeur ne sont pas soumis aux disposition du code du travail ou des conventions collectives relatives aux régimes d’équivalence, aux temps de pause, aux durées maximales quotidiennes et hebdomadaires de travail et au travail de nuit ainsi qu’à la durée minimale de repos quotidien.

La durée d’intervention d’une personne ne peut excéder six jours consécutifs et 94 jours dans l’année.

Cette limitation aux ESSMS permet de garantir, dans un souci de qualité, un encadrement professionnel et compétent dans l’accompagnement de ces personnes vulnérables.

L’élargissement des indications aux situations de dépendance en général permet d’ouvrir ce service à tous les âges de la vie, dont les enfants, pour améliorer le respect des droits des personnes en situation de handicap et de leurs aidants.

L’article 53 de la loi du 10 août 2018 suscite cependant de l’inquiétude chez les professionnels de l’aide à domicile qui voient d’un mauvais oeil l’absence de dispositions sur la rémunération et l’accompagnement du salarié. 

Les promoteurs du baluchonnage saluent une initiative qui leur permet de tester enfin pleinement une formule de répit qui a fait ses preuves au Canada et en Belgique.

En signe d’encouragement, le REQ (Réseau Euro Québec de Coopération autour de Baluchon Alzheimer) se transforme et devient Baluchon France. La mission de cette association officielle est

  • De porter et promouvoir la marque déposée Baluchon France,
  • D’accompagner les porteurs de projet dans le déploiement d’une démarche de baluchonnage. 

Pour en savoir plus sur le baluchonnage et Baluchon France, vous pouvez : 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.