Le business de la Mort

Le business de la Mort

Cet article aborde des sujets sensibles relatifs à la mort. Assurez vous d’être dans de bonnes conditions pour le consulter. 

La Mort, cette grande inconnue. 

La Mort, cette grande inconnue qui terrorise la plupart d’entre nous.

N’est-ce pas la peur de cette fin inéluctable qui provoque le déni de vieillir qu’affichent les personnes âgées ? Vous savez cette rengaine comme quoi le vieux, c’est l’autre !

Pourtant, la mort finit toujours par arriver. Plus ou moins anticipée, plus ou moins préparée…. 

Après la mort, pour les vivants vient l’heure du deuil. Mais avant cela, il faut organiser les obsèques…

Et c’est loin d’être gratuit, voir même bon marché. Sur le coup, on n’est pas vraiment disposé à faire un benchmark ou rechercher le service le plus économique, mais le constat a posteriori, c’est que la mort, ça coûte cher !

Le business de la mort
Photo by Sandy Millar on Unsplash

Le business de la mort, comment ça marche ?

La mort, ça coûte cher. Des formalités administratives à la location d’une concession en passant par l’achat du cercueil et le personnel de pompes funèbres, l’addition grimpe très vite et parfois très haut. 

Pour une inhumation ou une crémation à Paris, difficile de descendre en-dessous de 2000 euros. Pour un service complet à l’église et un enterrement religieux, on peut multiplier ce plafond par quatre ou cinq !

Mais pourquoi cela coûte-t-il si cher ?

Qu’est-ce qu’on trouve dans les frais d’obsèques ? 

La startup Advitam, qui propose des obsèques complètes au juste prix a dressé une liste de tous les postes de dépenses inhérents aux obsèques. Il y en a une bonne trentaine : 

  • Formalités administratives (acte de décès, permis d’inhumer),
  • Achat et parement du cercueil (obligatoire, même pour une crémation),
  • Conservation de la dépouille en chambre mortuaire,
  • Préparation du corps (thanatopraxie),
  • Achat ou location d’une concession ou d’une case de colombarium,
  • Mise en bière, fermeture du cercueil,
  • Location du corbillard,
  • Rémunération des porteurs, du maître de cérémonie,
  • Mise en terre, achat et pose de la pierre tombale,
  • Achat de l’urne pour une crémation (obligatoire).

Je vous ai fait une petite synthèse, vous pouvez si vous le souhaitez consulter la version complète sur le site de Advitam.

le business de la mort
Photo by Rhodi Alers de Lopez on Unsplash

Les obsèques : Pourquoi payer plus que nécessaire ?

Le décès d’un proche n’est pas le meilleur contexte pour faire des affaires.  Vous pouvez être amenés à payer plus cher que nécessaire, pour plusieurs raisons :

  1. Les prestations qu’on vous propose vous sont souvent inconnues,
  2. Vous n’avez pas anticipé la dépense,
  3. Vous êtes dans un état émotionnel fragile,
  4. Vous n’avez pas envie de vous appesantir,
  5. Vous ne souhaitez pas raisonner « à l’économie »

Par conséquent, vous pouvez être amené à valider des devis déséquilibrés…. et à le regretter ensuite.

Le vendeur maîtrise sur le bout des ongles un marché auquel nous ne sommes en général confrontés directement que une à deux fois par vie. 

Une approche préventive de la mort

 La préparation et l’anticipation sont les meilleures conseillères.

La mort est inéluctable, autant s’y préparer « avant ». 

Dans le cadre de l’anticipation, trois actes permettent de préparer et d’anticiper :

  • Les directives anticipées décrivent vos volontés au niveau médical,
  • Le testament détermine la répartition de vos biens post mortem,
  • Les dernières volontés décrivent vos obsèques et ce qu’il adviendra de votre dépouille. 

Les directives anticipées décrivent vos volontés au niveau médical 

Toute personne majeure peut rédiger ses « directives anticipées » concernant sa fin de vie.

C’est une possibilité qui vous est donnée. Il s’agit pour vous d’exprimer vos volontés par écrit sur les décisions médicales à prendre lorsque vous serez en fin de vie, sur les traitements ou actes médicaux qui seront ou ne seront pas engagés, limités ou arrêtés. La fin de vie peut arriver après un accident ou à l’issue d’une maladie grave. Dans ces circonstances, vous serez peut-être dans l’incapacité de vous exprimer. Si vous avez rédigé des directives anticipées, votre médecin et vos proches sauront quelles sont vos volontés,
même si vous ne pouvez plus vous exprimer.

Bien sûr, envisager à l’avance cette situation est difficile, voire angoissant. Mais il est important d’y réfléchir.

Rédiger des directives anticipées n’est pas une obligation.

Le testament décrit les dispositions relatives à votre patrimoine

Un « testament » est un document écrit par lequel une personne dispose de la manière dont ses biens seront distribués après son décès. Ses dernières volontés peuvent résulter soit d’un acte authentique, soit d’un acte sous seing privé

Anticiper sa mort : Les dernières volontés.

Prévoir les obsèques avant le décès, c’est pouvoir aborder le sujet dans un moment où il n’est pas encore trop présent.

Il existe de nombreux services qui permettent d’organiser les obsèques très en amont pour que, le moment venu, les proches n’aient pas à s’en charger. 

Vous pouvez également rédiger vos dernières volontés, dans un document officiel réalisé devant témoin où vous détaillez les obsèques, la cérémonie mais également ce que vous souhaitez que votre dépouille devienne. Par exemple si vous souhaitez faire don de votre corps à la science. 

Pour tout savoir sur les dernières volontés, je vous recommande cet article très détaillé du blog de Advitam. Guide obsèques : les dernières volontés

Deux ressources pour aller plus loin

Dans le dernier épisode de l’excellent podcast d’économie Splash, Etienne Tabbagh et Laureen Melka cherchent à comprendre pourquoi la mort coûte si cher. Cet article est très largement inspiré par le podcast. Je vous en recommande chaudement l’écoute. 

Ecoutez le podcast Splash : Pourquoi la mort coûte-t-elle si cher ?

Splash est un podscast produit par Nouvelles Ecoutes.

Cette chaine de podcast très qualitative propose un autre programme consacré à la mort, le podcast Mortel. Dans cette nouvelle émission, Taous Merakchi (plus connue sous le pseudo de Jack Parker) brise le tabou qui entoure la faucheuse en partant de sa propre fascination pour le sujet.

J’ai présenté Nouvelles Ecoutes dans l’article consacré à Vieille Branche, le podcast de Nouvelles Ecoutes qui donne la parole aux personnes âgées. 

10 Minutes par semaine !

C’est le temps qu’il vous faudra pour lire la newsletter de Sweet Home. Une newsletter dominicale où je vous donne les clés pour comprendre les enjeux et perspectives de la société de la longévité.