Onze millions d’aidants

Enjeu des aidants

Onze millions d’aidants familiaux sont engagés auprès d’un proche âgé en France.

Cela représente un français sur six.

En terme économique, le poids de cette contribution est évalué à plus de huit milliards d’euros par ans.

Ces chiffres qui font tourner la tête ont été modélisés par un groupe d’étudiants de l’ENSAE Paritech sur un site web appelé… Onze Millions d’aidants.

J’ai trouvé le projet très instructif alors je les ai contactés pour qu’ils présentent leur travail.

La silver économie se définit souvent par des chiffres choc qui surpassent tous les mots.

  • 90 % des français veulent vivre dans leur domicile jusqu’à la fin,
  • 82 % des français ne savent pas où s’informer sur la prise en charge de la dépendance,
  • 30 % des français auront plus de 60 ans en 2030,
  • Onze millions d’aidants apportent un soutien régulier à un proche âgé.

Le problème avec les gros chiffres, c’est qu’on a parfois du mal à se représenter leur portée.

C’est alors qu’on emploie des illustrations pour donner du sens.

Onze millions d’aidants, ça fait…

Onze millions de personnes, ça représente la population de l’agglomération parisienne. C’est comme si tous les franciliens étaient engagés dans une action bénévole pour aider un proche âgé.

Remarquez, c’est un peu le cas :

  • Vu la part de personnes âgées dans la population,
  • Le différentiel de population entre la génération des baby boomers (nés entre 1945 et 1972) et la génération suivante,
  • Le changement des modes de vie…

Viendra un moment où tout français de moins de 75 ans sera d’une manière ou d’une autre l’aidant d’un proche âgé.

Sur le site internet Onze Millions d’aidants, on apprend ainsi que la contribution financière estimée de l’aide informelle des aidants représente 8,4 milliards d’euros.

Encore un gros chiffre pas facile à conceptualiser. Selon Onze Millions d’Aidants, ça représente :

  • 500 000 emplois rémunérés au SMIC pendant un an,
  • 1,27 fois le budget prévisionnel des JO Paris 2024 (sans tenir compte des dépassements prévisibles),
  • 228 fois le salaire annuel de Neymar!

Le site présenté également de jolis graphiques sur la répartition des aidants. J’ai emprunté quelques illustrations, mais je vous recommande d’aller regarder l’ensemble des données sur le site web. Ce ne sont pas de bêtes graphiques tout plats, il y a des animations pour donner du sens. Les auteurs ont fait un beau boulot pédagogique.

Onze millions d'aidants

Le site met aussi en perspective la situation française avec celle des autres nations terrestres dans un époustouflant graphe dynamique et chronologique. Bref, c’est un sacré bon boulot. Bien plus pédagogique que tous les articles de presse qui nous serinent ces chiffres sur l’air des lampions sans prise de recul ni mise en perspective.

Moi, j’ai été bluffé. Alors j’ai pris ma plume pour demander aux auteurs pourquoi ils avaient choisi ce sujet. Voici les explications de deux des trois auteurs : Gilles Cornec et Antoine Roy.

Entretien avec les auteurs

Alexandre Faure : Bonjour, pour commencer, pouvez-vous me dire ce qui vous a décidé à créer le site Onze Millions d’Aidants ?

Antoine: Je trouvais intéressant de mettre en lumière une activité qui n’est pas du tout reconnue et de la faire découvrir au plus grand nombre de manière ludique. Je pense qu’il est important de communiquer sur ce sujet étant donné le contexte de vieillissement de la population qui va accroitre le nombre de personnes dépendantes. Il est évident qu’il faut trouver des solutions pour ces personnes et l’aide familiale est une alternative que je trouvais intéressant de mettre en valeur.

Gilles: ​Ma mère est aidante pour ma grand-mère et elle passe pas mal de temps à s’en occuper. C’est une situation qui est assez compliqué puisque ma grand-mère est assez confuse et a parfois du mal à se repérer dans le temps et l’espace … Mais je trouve que ma mère gère vraiment bien la situation en ne la brusquant pas et en l’accompagnant au mieux !

Je me suis rendu compte que beaucoup de gens étaient dans la situation de ma maman et c’est pourquoi j’ai voulu mettre en lumière les aidants familiaux !

Alexandre Faure : La réalisation de Onze Millions d’Aidants vous a-t-elle donné envie d’aller plus loin sur le sujet ?

Antoine: Réaliser ce projet m’a donné envie d’aller plus loin sur les thèmes de la dépendance. J’aimerais bien continuer à travailler sur des travaux de recherche sur la prise en charge de la dépendance mais pas forcément à travers les aidants familiaux.

Gilles: Oui j’aimerais bien continuer à travailler sur le sujet de la dépendance et des aidants familiaux,  j’aimerais faire un master d’entrepreneuriat l’an prochain et j’espère que ça me donnera l’occasion de creuser ce sujet plus en profondeur !

Alexandre Faure : Considérez-vous le vieillissement de la population française comme un atout ou comme un handicap pour le pays ?

Antoine: Je ne pense pas que ce soit vraiment un problème. C’est une transition comme une autre, comme nous l’avons connu avec les premières phases de la transition démographique par exemple. Je pense que c’est un phénomène qui va nous pousser à innover et à trouver de nouvelles solutions. Le vieillissement de la population est aussi lié à l’allongement de l’espérance de vie. Je trouve ça quand même bien qu’on puisse vivre plus longtemps qu’il y a 50 ans !

Gilles: De même qu’Antoine, je pense qu’il s’agit seulement d’une transition. Comme on peut le voir dans notre site, c’est un phénomène mondial qui ne concerne pas seulement la France. Par contre je pense que le fait d’avoir, en France, un nombre d’enfants par femme proche de 2 (supérieur aux autres pays européens par exemple) est un vrai atout pour gérer cette transition !

Alexandre Faure : Quel âge avez-vous ?

Antoine: J’ai 24 ans, comme mes camarades, je suis étudiant en master de Data Science à l’ENSAE ParisTech, je suis également un master de Politiques Publiques et Développement à la Paris School of Economics.

Gilles: ​J’ai 25 ans, je suis également étudiant en master de Data Science à l’ENSAE ParisTech et je fais aussi partie de l’association Data For Good dont le but est de créer des projets technologiques ayant un impact social positif !

10 Minutes par semaine !

C’est le temps qu’il vous faudra pour lire la newsletter de Sweet Home. Une newsletter dominicale où je vous donne les clés pour comprendre les enjeux et perspectives de la société de la longévité.