La Vendée face au défi du vieillissement

Vendée vieillissement et gérontocroissance

Le département de la Vendée est confronté à une situation de croissance de sa population âgée inédite et durable. Selon une étude de l’Insee, le nombre de seniors de plus de 65 ans résidant en Vendée va augmenter de 3800 habitants par an, en moyenne, jusqu’à 2050 (+0,53% / an).

C’est la faute à l’Océan !

La population Vendéenne va augmenter par croissance externe en raison de l’arrivée massive de retraités. Ils viennent s’installer sur le littoral Atlantique pour couler une retraite heureuse et iodée !

Ajoutez à cela le vieillissement de la population active de Vendée et vous obtenez ce que les spécialistes appellent une gérontocroissance exceptionnelle.

Qu’est-ce que la Gérontocroissance ?

La population Française est dans une phase de vieillissement qu’on associe à plusieurs facteurs convergents :

  • L’augmentation de l’espérance de vie (+ 3 mois par an en moyenne),
  • La baisse de la natalité,
  • Une politique migratoire restrictive,
  • Un déséquilibre entre les cohortes nées entre 1945 et 1970 et celles nées après.

La somme de ces quatre facteurs conduit à une augmentation de la concentration de personnes âgées dans la population totale. C’est ce qu’on appelle la Gérontocroissance.

La gérontocroisssance n’est pas homogène sur le territoire

Progressant à un rythme plus élevé que pour la population générale, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans a été multiplié par deux entre 1986 et 2016, faisant passer leur poids démographique de 12,5% à 18,8%. Mais cette poussée démographique n’est pas uniforme : le vieillissement se déplace des campagnes, des péricentres et des banlieues vers les quartiers populaires des villes et les espaces périurbains.

Atlas des seniors et du grand âge en France (2017)

La gérontocroissance de la France doit être nuancée par une analyse plus locale.

Les chiffres pris au niveau national ne permettent pas de mesurer l’impact réel du vieillissement de la population. En effet, tous les territoires ne sont pas logés à la même enseigne.

Il y a quatre cas de figure :

Cas 1

La part des personnes âgées dans la population est faible et leur nombre évolue faiblement. Ces territoires où la natalité reste élevée n’attirent pas de population âgée extérieure.

Cas 2

La part des personnes âgées est faible mais on constate une forte croissance de leur nombre. On observe cette configuration dans les territoires urbains et les métropoles. Des zones qui attirent les étudiants et les actifs. La natalité y est élevée. Les personnes âgées vivent ici depuis longtemps et la plupart comptent y rester. Des âgés vivant en périphérie se rapprochent des centres urbains plus adaptés aux besoins de services et d’infrastructures des âgés.

Cas 3

La part des personnes âgées est forte mais leur nombre augmente faiblement. C’est le sort des zones rurales. Les jeunes s’en vont, les vieux restent et la natalité est faible.

Cas 4

Le nombre de personnes âgées augmente fortement et leur part dans la population est considérable. Ces zones attractives bénéficient du vieillissement de la population locale doublé de migrations entrantes de personnes âgées. Ce sont aussi des territoires attractifs pour les jeunes et les actifs, ce qui contrebalance le bilan démographique.

Cette analyse qui a été réalisée par le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET, ex-DATAR) est repris dans l’ étude « Les Personnes âgées en 2030 » réalisée par le Think Tank Matières Grises en septembre 2018

Gérontocroissance et gérontodécroissance par zone géographique en France.

La Vendée fait partie des zones jaunes qui vont profiter d’une croissance externe et interne de personnes âgées.

Les conséquences d’une gérontocroissance forte en Vendée

La conséquence d’une gérontocroissance forte est l’augmentation de la part de personnes âgées dans la population du territoire. En Vendée, la part des plus de 65 ans va fortement augmenter. Si l’on zoome à l’échelon cantonal, le bilan est très contrasté.

L’Atlas des seniors et du grand âge en France montre que, pour la Vendée, la part des personnes de plus de 65 ans dans la population locale beaucoup plus forte pour le littoral que dans le centre du département.

En chiffres : la part des plus de 65 ans dans la population littorale est déjà de 26 à 37% tandis qu’elle est seulement de 5 à 15% au nord du département.

Mais l’Atlas révèle un autre chiffre très intéressant : de 18 à 21,6% des ménages de plus de 65 ans installés sur le littoral Vendéen habitaient un autre logement 5 ans auparavant !

Cette croissance externe touche toutes les zones du département de la Vendée mais plus on entre dans les terres, plus son impact est nuancé par l’âge moyen du reste de la population Vendéenne.

pyramide des âges en vendée 2013 vs 2050
Source : rapport OESTEV « La Vendée en 2050)

Enjeux du vieillissement de la Vendée

Etre un territoire attractif est toujours un point positif.

Il est tout aussi positif que la population attirée ait manifestement les moyens de venir s’installer au bord de la mer. En l’occurence, la gérontocroissance externe porte sur une population de seniors âgés qui ont les moyens d’acheter ou louer un logement principal ou secondaire sur la côte littorale.

Néanmoins, cette croissance prévisionnelle suscite des questions. Elle va influencer les politiques locales dans les décennies à venir. Trois sujets sont particulièrement stratégiques :

L’emploi et le vieillissement de la Vendée

La croissance de la population âgée va contribuer à la création d’emplois, notamment (mais pas seulement) dans les services à la personne.

Un avantage à nuancer car la Vendée n’est pas un département sinistré en matière d’emploi, bien au contraire.

Le taux de chômage y est globalement inférieur au taux national et dans certaines zones, comme le nord du département, il est même inférieur au seuil du « plein emploi » (soit 4%).

La population des classes d’âges les plus actives (20-64 ans) pro-
jetée en 2050 devrait stagner comparé à aujourd’hui, alors que dans le même temps la population totale de notre département progresserait de 21%. Le ratio inactifs/actifs (indice de dépendance) deviendrait ainsi beaucoup plus défavorable : il est de 81 aujourd’hui et serait de 123 en 2050.

Rapport OESTV sur la population de la Vendée en 2050

L’enjeu ne porte pas tant sur l’équilibre des ressources que sur la capacité des actifs du département à répondre aux besoins de ses retraités.

Il doit comme toujours être nuancé par la contribution du secteur associatif (très présent sur le territoire de la Vendée), secteur qui mobilise notamment des personnes âgées dans des activités au service de la communauté.

Il est également difficile de mesurer l’impact des nouvelle technologies et de la domotique dans les besoins futurs des personnes âgées, notamment dans le cadre d’une réflexion sur l’adaptation du domicile.

Mais le constat est bien là : il faut trouver des pistes pour que le vieillissement contribue au dynamisme économique d’un département économiquement dynamique.

Le logement et le vieillissement de la Vendée

Qui dit nouveaux arrivants dit… nouveaux logements.

L’enjeu de la croissance démographique d’un territoire c’est de répondre aux besoins des nouveaux entrants en leur offrant des lieux de vie adaptés.

Or, quand il est question de logement adapté pour des personnes âgées, l’enjeu majeur est de contribuer au bien vieillir en concevant des lieux de vie qui permettent à leurs habitants de rester dans leur domicile le plus longtemps possible. D’une part car c’est le souhait exprimé par la majorité des Français, d’autre part car c’est la solution la plus favorable pour l’économie du département.

En considérant, une taille moyenne par foyer d’environ 2personnes, ce sont en effet 60 000 à 70 000 logements supplémentaires qui devraient être nécessaires dans notre département d’ici à 2050 (soit une augmentation de 20 à 25% du parc actuel de résidences principales).

Rapport OESTV sur la population de la Vendée en 2050

Il ne suffira pas de construire des logements « pour tous », l’enjeu de la longévité c’est de créer des habitats adaptés à une population âgée.

Concevoir des habitats adaptés aux besoins des seniors et adaptable à l’évolution de leurs besoins.

Il nous faut passer d’une vision curative à une vision préventive. C’est urgent. Trop souvent, on n’adapte que quand on ne peut plus faire autrement. Parce que pendant des décennies, adaptation a rimé avec Handicap, matériel paramédical et tout ce qui ne permet pas de porter un regard plus serein sur la maison des vieux jours. 

Jean-Philippe Arnoux, directeur Silver économie chez Saint Gobain
Plus de 85% des Français souhaitent vieillir chez eux : et si on s’attaquait sérieusement au problème

Le territoire doit également être pensé pour la longévité. A quoi bon construire des logements adaptés sur un territoire qui ne le serait pas ?

La prise en charge de la dépendance

Le dernier point de vigilance soulevé par le département, c’est la prise en charge des seniors dépendants.

La Vendée propose aujourd’hui 10 685 places d’hébergement médicalisé pour les personnes âgées dépendantes (dont 10 283 places d’EHPAD) réparties au sein de 138 EHPAD, ce qui permet une répartition sur tout le territoire.

Le département est au 1er rang régional pour le taux d’équipement en EHPAD avec 140,9 places médicalisées pour 1 000 habitants (contre 131,2 en Région) et au 5ème rang national. De plus, un nouvel EHPAD de 100 places va ouvrir ses portes à Challans d’ici la fin d’année 2019.

Avec 152 établissements (dont 138 EHPAD), la Vendée a fait le choix de la proximité afin d’offrir aux personnes âgées de Vendée la possibilité de vieillir dans un environnement proche de ce qu’elles ont connu.

Le département compte également 55 structures non médicalisées pour 1 241 places dont 36 maisons de vie installées sur les territoires ruraux et plus de 40 familles d’accueil accompagnent des personnes âgées à leur domicile.

  • Comment la nouvelle population âgée vieillira-t-elle ?
  • Restera-t-elle sur le territoire en cas d’isolement ou de dépendance ?
  • Quels choix de lieu de vie fera-t-elle ?

Telles sont les questions soulevées sur le front de la dépendance. Des questions qui reposent sur la projection constante du nombre de personnes dépendantes dans la population âgée : 8% des plus de 65 ans et 20% des plus de 80 ans.

Pour répondre à ces défis, la Vendée a lancé un atelier de prospective, Vendée 2040.

Vendée 2040

Suite aux différentes études de l’Insee qui prévoyaient 240 000 habitants supplémentaires en Vendée en 2040, le Département a lancé, début 2018, le projet Vendée 2040. Il s’est engagé dans cette démarche convaincu que penser, réfléchir au territoire de demain est un enjeu majeur pour la Vendée qui doit se faire avec l’ensemble des citoyens.

Cette démarche prospective vise à sensibiliser les décideurs économiques, associatifs et politiques aux défis que la Vendée devra relever pour conserver le dynamisme et la qualité de vie qui sont reconnus au département.

 Identifier les enjeux de demain en mettant en lumière nos forces, mais aussi nos faiblesses, pour mobiliser les décideurs vendéens autour d’une dynamique collective qui permettra de relever les défis du futur.

Manifeste Vendée 2040

Cette démarche n’est pas une réflexion sur ce que sera le Conseil Départemental demain mais sur ce que pourrait être la Vendée de demain, en tant que territoire.

Pour les Vendéens, cette démarche participative innovante est l’occasion de participer à construire l’avenir de la Vendée en abordant de nombreux sujets : économie, action sociale, cadre de vie, environnement, numérique, bénévolat.

De mars à juin 2018, les élus du Conseil Départemental de la Vendée et des acteurs socio-économiques du territoire ont identifié les enjeux et les défis que devra relever la Vendée à l’horizon 2040. 

Ce temps de définition, d’entretiens et d’analyse a permis de définir quatre ambitions clés et de les détailler en orientations, matière qui constitue le socle du second temps de Vendée2040 : La concertation. 

  1. Une Vendée où l’identité rassemble et permet le vivre ensemble,
  2. Une Vendée où la proximité est gage de cohésion,
  3. Une Vendée où l’économie est forte et inspirante au cœur du dynamisme territoriale, 
  4. Une Vendée au cœur d’un modèle social innovant.

En octobre 2018, quatre ateliers d’influence ont réuni une quarantaine d’acteurs socio-économiques pour recueillir leur vision par ambition.

Jusqu’en juin 2019, tous les vendéens ont été invités à participer: 

  • Un sondage en ligne pour donner leur avis sur des projections de tendance,
  • Des ateliers exploratoires pour leur permettre d’aller plus loin dans la projection,
  • Des conférences-débats pour leur apporter l’expertise de grands témoins.

Ce grand rendez-vous citoyen se terminera en janvier 2020 avec la publication d’un ouvrage, reflet de l’engagement et du dynamisme des vendéens et du cap souhaité pour l’avenir.

Ma contribution à Vendée 2040

J’ai pu contribuer à ce beau projet citoyen.

Alexandre Faure à la conférence Solidarité du projet Vendée 2040
Habité par son sujet, Alexandre Faure répond aux questions du public sur le Vivre Ensemble.

Le département m’a invité à intervenir lors de la quatrième conférence organisée par le projet Vendée 2040 et consacrée à La Solidarité. Cette conférence s’est déroulée le 28 juin 2019 à La Roche Sur Yon.

En compagnie de l’écrivain Sylvain Tesson, nous avons donné au public notre vision de la solidarité. J’ai pour ma part expliqué aux 500 spectateurs comment cette solidarité peut s’exprimer dans des actions en faveur du vivre ensemble et de l’inclusion des personnes âgées dans la vie du département.

Cette conférence a été filmée. Je vous invite à la découvrir sur la chaîne Youtube du Département.