isolement dépendance

Je pense que l’isolement est la cause racine de la dépendance

L’isolement est la cause racine de la dépendance. Plutôt que de hurler avec les loups sur la hausse prévisible du nombre de dépendants à horizon 2030, je choisis de me retrousser les manches pour lutter contre l’isolement.

Vous avez sans doutes remarqué que le climat actuel est particulièrement morose en termes d’aide à domicile. Comme je l’ai souligné dans mon article consacré au recrutement d’une aide à domicile ainsi que dans celui consacré aux carences de médecins en gériatrie, les professions dédiées à l’assistance aux personnes âgées manquent cruellement de bras et de cerveaux.

Pour employer une expression à la mode, la profession doit se réinventer. Elle doit aussi trouver un moyen d’améliorer l’existence des aides à domicile et leur image.

C’est à cet effet que la Mutuelle Aesio vient de lancer le site Dites-leur Merci. Il veut

  • Revaloriser la profession d’aide à domicile,
  • Sensibiliser l’opinion,
  • Et surtout caresser les candidats potentiels dans le sens du poil.

Lancé ce weekend, le site bénéficie d’une pleine page dans le Journal du Dimanche et d’une belle couverture sur les réseaux sociaux.

Toute initiative visant à améliorer la condition des personnes âgées dépendantes est bonne à prendre.

Toutefois, ces actions ont tendance à appuyer la croyance populaire que grand âge rime forcément avec dépendance.

Il est plus que nécessaire de rétablir quelques vérités essentielles.

  • Non, la dépendance n’est pas une fatalité. Seuls 20% des plus de 80 ans sont dépendant.
  • Tous les dépendants ne sont pas des grabataires : il y a plusieurs types de dépendance (physique, cognitive, psychique, financière, légale) et plusieurs degrés dans le besoin d’assistance des personnes âgées dépendantes.
  • La dépendance n’est pas un stade normal de l’évolution. La dépendance est la conséquence d’une maladie ou d’un accident.
  • Le nombre de personnes âgées dépendantes n’augmentera pas en pourcentage mais en valeur absolue : à taux constant, il y aura plus de personnes âgées de 80 ans et plus en 2050 et donc plus de personnes âgées dépendantes.
  • On peut imaginer que les progrès médicaux fassent un jour reculer les maladies qui provoquent la dépendance.
  • On peut faire baisser le nombre d’accident cause de la dépendance en améliorant la prévention, l’aménagement du domicile des personnes âgées et la connaissance des causes de la dépendance.
  • Mais le plus important serait d’éviter l’isolement des personnes âgées. Dans bien des cas, c’est l’isolement qui provoque la dépendance.

C’est l’isolement qui provoque la dépendance.

Ma grand-mère Gisèle est devenue dépendante parce qu’elle était isolée.

Après la mort de son compagnon, elle est restée seule dans leur appartement. Un jour elle a fait une chute. La chute ne l’a pas blessée, mais elle était incapable de se relever et elle a dû attendre l’arrivée de la femme de ménage le lendemain matin. Ces 18 heures de station au sol ont eu quelques conséquences sur sa santé, tout comme les trois semaines qu’elle a ensuite passé à l’hôpital.

En quittant l’hôpital, ma grand-mère était dépendante. Pas très dépendante, mais dépendante quand même. Le traumatisme dû à la chute et à la station au sol ont durablement ébranlé sa confiance en elle. Elle a arrêté de se déplacer seule, de sortir seule… elle s’est encore plus coupée du monde. Elle a fini par faire une autre chute, un autre séjour à l’hôpital, qui ont encore aggravé sa perte d’autonomie.

Et ainsi de suite jusqu’à une inévitable admission en maison de retraite car son état ne permettait plus de la garder dans la maison de famille.

Je suis convaincu que si ma grand-mère avait eu quelqu’un pour la relever et la rassurer tout de suite après cette première chute, les choses auraient évolué différemment.

Mais ma conviction que l’isolement provoque la dépendance ne vient pas uniquement de mon histoire familiale.

dépendance isolement
Photo by Alex on Unsplash

L’isolement provoque la dépendance tandis que les relations sociales prolongent l’existence.

Il y a quelques semaines, j’ai fait des recherches sur les zones bleues. Il s’agit de régions du monde où l’on vit mieux et plus longtemps qu’ailleurs. Ces cinq zones ont été identifiées à partir de recherches démographiques entamées par un binôme italo-belge, Gianni Pes et Michel Poulain, au début de notre siècle.

L’équipe cherchait à comprendre pourquoi l’espérance de vie était plus élevée en Sardaigne qu’en Italie continentale alors qu’à peine 100 km séparent le littoral Italien du littoral Sarde. 

Les deux chercheurs ont affiné leurs recherche en traçant des cercles concentriques en camaïeu de bleu sur une carte de l’île jusqu’à identifier l’épicentre qu’ils ont baptisé zone bleue. La zone bleue désigne le territoire où la concentration de personnes très âgées des deux sexes est la plus élevée.

C’est en vivant dans les communautés soudées et privilégiant le lien familial et une existence un peu coupée du monde que les résidents des zones bleues battent des records de longévité.  On peut certes vanter un régime alimentaire et une activité physique régulière mais modérée. Toutefois, il semble que ce qui contribue le plus à la longévité des résidents des zones bleues, ce soit la richesse de leur vie sociale et familiale. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire l’article que j’ai consacré aux zones bleues.

dépendance isolement
Photo by Jon Tyson on Unsplash

Ma conviction c’est que l’isolement est l’ennemi, pas la dépendance.

Entendons-nous bien : la dépendance est un problème, mais pourquoi concentrer tous nos efforts sur la conséquence alors qu’on peut travailler sur la cause ?

En outre, les maux de l’isolement ne se limitent pas à la dépendance.

Les conséquences de l’isolement sont nombreuses et toutes plus délétères les unes que les autres :

  1. Les personnes âgées isolées sont plus exposées aux pertes d’autonomie,
  2. Si elles ont des accidents domestiques, ou si elles chutent, les conséquences peuvent être plus grave, notamment si elles sont longuement immobilisées au sol,
  3. Les personnes isolées sont plus exposées aux risques mortels (comme nous l’avons tristement constaté avec la canicule de 2003),
  4. Lorsqu’elles deviennent dépendantes, les personnes isolées sont plus susceptibles de se voir imposer un mode d’hébergement qu’elles n’ont pas choisi, notamment en EHPAD, puisqu’elles n’ont pas de proche aidant pouvant servir de relais pour une formule de maintien à domicile ou d’hospitalisation à domicile pour les cas les plus critiques,
  5. Les personnes isolées sont plus exposées au risque de repli sur soi et de désociabilisation,
  6. Elles se font plus souvent arnaquer.

L’isolement n’est pas un problème qui touche uniquement les personnes âgées.

C’est souvent une conséquence de nos modes de vie et des contraintes de la société actuelle.

Mais c’est aussi un problème qu’on devrait pouvoir facilement corriger. Il suffit de remettre un peu de lien social dans nos vies…. ce n’est peut-être pas simple comme bonjour, mais ça ne coûte rien d’essayer.

Je vais donc m’y employer.

Isolement dépendance
Photo by Celal Erdogdu on Unsplash

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.