Val de Cher Services

Qu’est-ce que l’habitat inclusif ? Une illustration avec Val de Cher Services

Cet article vous aide à comprendre l’habitat inclusif pour seniors à partir de l’analyse d’un exemple d’habitat inclusif : le projet d’habitat partagé accompagné porté par l’association Val de Cher Services.

Cet article fait partie de mon dossier consacré aux habitats participatifs qui offrent aux seniors une alternative au domicile individuel et à l’Ehpad.

L’habitat inclusif, qu’est-ce que c’est ?

L’habitat inclusif est une forme d’habitat participatif qui s’adresse aux personnes qui ne peuvent pas aisément habiter leur domicile personnel ou familial. L’habitat inclusif apporte une réponse complémentaire au logement ordinaire et à l’hébergement en institution.

Peu ou mal connu du grand public, l’habitat inclusif permet aux personnes âgées et aux adultes handicapés d’éviter l’institutionnalisation.

L’habitat inclusif n’est pas un format unique.

Il s’agit plutôt d’un nom générique qui désigne un ensemble de solutions d’habitat destiné à des personnes qui ne peuvent pas rester dans un domicile personnel, notamment pour ne plus être isolées.

Pour découvrir les différentes formes d’habitat inclusif, consultez notre Guide de l’habitat inclusif.

L’habitat inclusif a été défini par l’article 129 de la loi Elan du 23 novembre 2018.

L’habitat est inclusif si :

  • Il rassemble plusieurs personnes âgées ou adultes handicapés (il est également considéré comme inclusif s’il rassemble des personnes âgées ou des adultes handicapés et des personnes ni âgées, ni handicapées, comme par exemple des proches aidants),
  • C’est la résidence principale de tous les occupants,
  • L’habitat est assorti d’un projet de vie sociale. La loi renvoie à un décret (à paraître) pour définir cette dernière modalité qui pourra faire l’objet d’un financement par les collectivités territoriales (et notamment le département) et peut être sous traitée à une association spécialisée. => cela revient à dire que le bailleur et l’animateur peuvent être deux personnes différentes. Il vous est tout à fait possible de “vous greffer” à un projet social existant au niveau de la commune en assurant pour votre part uniquement le volet habitat du projet d’habitat inclusif.

La loi ELAN ne prévoit pas :

  • De financement spécifique pour la création d’un habitat inclusif,
  • De dispositions spécifiques quant à la taille des chambres ou au nombre de salles de bains,
  • De contrat type entre le bailleur et les occupants,

Dans la plupart des cas, sous réserve de l’accord du président du conseil département, la mutualisation des aides est possible (APA, ASH), ce qui permet de partager les heures d’aide à domicile entre les occupants.

Pour vous aider à mieux comprendre comment se construit un habitat inclusif, nous avons réalisé une série d’articles sur des projets d’habitats inclusifs.

Dans cet article, nous vous présentons le projet d’habitat inclusif que l’association Val de Cher Services est en train de réaliser à Vallon-en-Sully, dans l’Allier. Nous avons interviewé le directeur de l’association, Jérôme Raynaud.

Interview de Jérôme Raynaud

Alexandre Faure : Bonjour Jérôme, pouvez-vous nous présenter votre association et son activité principale?

Jérôme Raynaud : Bonjour Alexandre, merci de me recevoir sur Sweet Home. Val de Cher Services a été créée en 1971. C’est l’initiative d’un groupe de recherche et réflexion qui avait constaté les besoins en termes d’action sociale auprès des familles et des personnes âgées à Vallon-en-Sully en 1969. Nous avons plusieurs activités :

  • Maintien à domicile,
  • Service à la personne,
  • Télé-assistance,
  • Espace prévention seniors.

De plus, les jeudis après-midi un groupe d’adhérentes se réunit afin de rompre l’isolement autour de la couture, de jeux, et de partage dans la bonne humeur.

Pourquoi un habitat inclusif à Vallon en Sully ?

Alexandre Faure : Comment vous est venue l’idée de créer un habitat inclusif pour seniors ?

Jérôme Raynaud : Nous expérience en terme de maintien à domicile nous a permis d’identifier des situations où des usagers de l’association sont contraints d’entrer en maison de retraite. Pourtant, leur état de santé ne nécessite pas le niveau de soins proposés en EHPAD.

Il existe bien des solutions afin d’adapter le logement mais celles-ci effrayent les personnes âgées qui n’ont plus la volonté d’entreprendre des démarches administratives aussi lourdes. C’est pourquoi nous souhaitons proposer une alternative entre le domicile et l’EHPAD. Ce domicile sera adapté aux personnes à mobilité réduite. Il pourra convenir aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap.

Le principe de l’habitat inclusif est de proposer des espaces de vie communs. Nous souhaitons donc créer un lieu adapté. Proposer notre programme prévention aux futurs locataires, ainsi que des sorties. Nous souhaitons également mettre en place un jardin partagé.

Le but est de rompre l’isolement de personnes qui sont souvent éloignées des centres bourgs et pour lesquelles le passage de l’aide à domicile est souvent la seule visite de la semaine.

Alexandre Faure : Vous êtes-vous inspiré d’autres expériences, et si oui, lesquelles ?

Jérôme Raynaud : Pas vraiment, car ce type d’habitat inclusif n’est pas répandu dans notre secteur géographique. Cependant, nous sommes allé visiter des habitations qui pourraient correspondre à notre projet. Avec des logements conçus pour les seniors.

Comment est conçu l’habitat inclusif de Val de Cher Services ?

Alexandre Faure : Comment votre habitat inclusif a-t-il été conçu ?

Jérôme Raynaud : La partie où les locataires pourront participer à des activités (s’ils le souhaitent) a été pensée autour d’une salle commune assez grande pour accueillir des activités du type atelier équilibre ou des activité physique adaptés aux seniors. Dans cette salle nous souhaitons également aménager un espace cuisine qui s’adapte en hauteur afin de permettre à des personnes en fauteuil de maintenir une certaine autonomie en participant à l’élaboration de repas lors d’atelier cuisine.

Nous souhaitons également proposer dans nos locaux, une partie appartement témoin où pourront être présentées les aides techniques qui peuvent être installées au domicile, cela nous permettra de réaliser des formations pour le personnel de l’association mais également des séances de recrutement avec des tests d’aptitudes.

Nous prévoyons le lancement de la construction d’ici fin 2018 pour une ouverture début 2020.

Alexandre Faure : Combien de résidents peut-il accueillir ?

Jérôme Raynaud : Notre projet comporte deux phases.

  • Une première phase de sept logements.
  • Et une seconde si la demande est importante, avec une extension du projet de sept autres logements.

Les logements seront adaptés pour recevoir aussi bien des personnes seules que des couples.

Alexandre Faure : A quel type de publics s’adresse votre logement inclusif ?

Jérôme Raynaud : Nous souhaitons proposer ces logements à des personnes âgées ou en situation de handicap.

La mutualisation de l’APA et de l’ASH

Alexandre Faure : Votre logement inclusif est-il accessible aux seniors en perte d’autonomie bénéficiant d’une aide à domicile ?

Jérôme Raynaud : Oui, tout à fait. Les locataires seront dans leur domicile et pourront donc bénéficier des services d’aide et de soin à domicile si le besoin se fait ressentir.

Alexandre Faure : Le cas échéant, la mutualisation de l’APA entre résidents est-elle possible ?

Jérôme Raynaud : Nous avons eu des échanges dans ce sens avec le président du conseil départemental de l’Allier. Il nous a indiqué la possibilité de mutualiser les plan d’aide PCH et APA afin de proposer un accompagnement aux résidents tout au long de la journée.
L’intérêt de la mutualisation est double :

  • Pour l’usager, une présence plus importante sur la journée,
  • Pour la structure et pour les intervenantes : une intervention sur un même lieu sans déplacements.

Cela implique donc un risque routier moins important pour les intervenantes. Elles travaillent dans de meilleures conditions. Souvent les logements des usagers ne sont pas adaptés en terme de risques professionnels.

Je pense que cela sera bien encadré tout en sachant que nous le sommes déjà pas mal dans l’Allier. Nous sommes déjà soumis à la télégestion, avec contrôle d’effectivité des heures et des tâches.

Alexandre Faure : Vous avez lancé une campagne de financement participatif, à quoi les fonds collectés sont-ils destinés ?

Jérôme Raynaud : Afin de proposer des équipements adaptés à tous les profils, nous souhaitons recueillir des fonds pour financer du mobilier a hauteur variable ou de la domotique. Un budget de 100 000 € pour tous les équipements est nécessaire.

Le projet global lui représente environ 1 000 000 €.

Pour accéder à la campagne de financement participatif, c’est ici.

Les avantages de l’habitat inclusif par rapport à l’Ehpad et au domicile personnel

Alexandre Faure : Quels sont, à votre avis, les avantages d’un logement inclusif par rapport à un maintien à domicile ?

Jérôme Raynaud : L’avantage est d’être à domicile, mais de ne plus être isolé. En effet, l’architecture du projet en fer à cheval permet aux résidents de pouvoir communiquer entre les logements par une coursive abritée en cas de mauvais temps. De plus, le locataire aura la possibilité s’il le souhaite de participer aux activités et sorties proposées par l’association. L’implantation du projet à proximité du centre bourg permettra aux locataires d’aller à pied faire leurs courses dans les commerces de proximité, là aussi un moyen de rompre l’isolement.

Nous avons également pensé à des personnes qui ne seront plus en capacité de sortir seule, car nous pourrons proposer une livraison de pain et de journaux, mais également la livraison ou l’accompagnement aux courses par le service d’aide à domicile.

Alexandre Faure : Et par rapport à une résidence en EHPAD ?

Jérôme Raynaud : l’Ehpad a vocation à accueillir un public de personnes âgées dépendantes, cependant, au regard du contexte local, on constate que des personnes ayant un GIR supérieur à 4 (5 ou 6) sont résidents en EHPAD, faute de solution sur le territoire en terme de logement adapté avec des loyers modérés.

Bien sûr, le coût en EHPAD est également un élément important.

Le logement inclusif tel que nous l’avons pensé est l’élément manquant entre le domicile non adapté et l’EHPAD qui a vocation à accueillir quand la dépendance sera vraiment installée et que des soins quotidiens seront nécessaires.

Découvrez mes autre articles consacrés à l’habitat partagé

6 réflexions sur “Qu’est-ce que l’habitat inclusif ? Une illustration avec Val de Cher Services”

  1. Bonjour,

    Je recherche un coach spécialisé pour m’accompagner sur un projet d’habitat inclusif pour adultes autistes ! ….
    SI vous pouvez m’en dire plus ou m’orienter, par mail, un rendez-vous, un contact,
    Merci d’avance,

    Bien cordialement,

    Christine DE SOUZA
    mère et présidente d’une association en création

    1. Alexandre Faure

      Bonjour Madame De Souza, je vous remercie pour votre question.

      Pour l’accompagnement de votre projet d’habitat inclusif pour adultes autistes, je vous conseille de contacter l’association Familles Solidaires. Ils ont une expertise sur le sujet, sont associés avec des organismes solides et bénéficient et connus des organismes publics, ce qui facilite grandement les démarches. L’an dernier, ils avaient organisé un programme d’accompagnement aux porteurs de projet, Lachpa, auquel j’ai consacré un article. Vous pouvez le lire ici : article sur Lachpa et Familles solidaires.

      Contactez-les de ma part, sans hésiter !
      Alexandre Faure
      Fondateur de Sweet Home

  2. Bonjour
    Je suis entrain de construire avec mon mari 3 maisons de 4 chambres chacune , sur un même terrain et ai le projet de proposer ces 3 maisons de centre ville à La Teste-de-Buch, en colocation de personnes âgées mais je n’arrive pas à trouver un organisme qui m’aiderait à mettre en place mes 12 locataires et qui m’aiderait à apporter une animation. Je me suis rapprochée du conseil départemental et de la mairie de ma ville mais hélas à ce jour, je n’ai aucun retour.
    Donc peut être que vous serez de bon conseil….
    Cordialement
    Mme Contour

    1. Alexandre Faure

      Bonjour, je vous remercie pour ce témoignage.

      Je connais une association qui met en place des colocations entre seniors.
      Ils forment les groupes et les installent dans des logements. Ils sont localisés en Pays de La Loire mais je sais (pour en avoir discuté avec eux) qu’ils souhaitent s’étendre dans d’autres régions. Un projet comme le vôtre les intéressera.

      L’association s’appelle Loki Ora.
      Leur site internet (sur lequel vous trouvez leurs coordonnées) : https://lokiora.fr/

  3. Bonjour,
    Ma maman a 66 ans et est malade d’Alzheimer depuis 8 ans. son état s’est énormément dégradé, elle n’est plus autonome mais reste quasi consciente, ce qui est très compliqué. je suis très proche d’elle, j’ai 36 ans, l’ai vue beaucoup souffrir, suis fille unique, et pour l’instant c’est mon beau-père qui est son aidant au quotidien, mais il fatigue. On a des aides à domicile 4 demi journées par semaines. Il m’a parlé 2 fois d’Ephad (me demande d’aller en visiter car il ne se sent pas de le faire) mais honnêtement, dur pour moi car je ne pense pas que ce soit la bonne solution, et pensais qu’il y avait d’autres alternatives mais je cherche depuis 3-4 ans de temps en temps et ne trouve rien, personne ne me parle de tout ça. Jusqu’à aujourd’hui où je tombe sur votre article sur les 5 alternatives à l’Ephad! Quelle joie de savoir que des personnes pensent comme moi, je me sentais tellement seule. C’est un peu fou que depuis toutes ces années personne ne nous ait parlé de ça, même pas France Alzheimer…Pourriez-vous m’écrire. Ma maman est à Romans-sur-Isère dans la Drôme. Mais peut-être n’y a t-il rien vers chez nous. Je pensais même à monter un lieu(que je ne peux tenir, mon métier est dans la musique, et j’ai tellement morflé ces dernières années que je ne sentirais pas de m’occuper d’un lieu comme ça) mais je ne vois pas trop comment faire.. Merci de votre réponse; Roxane

    1. Alexandre Faure

      Bonjour Roxane,

      Je vous remercie d’avoir pris la peine de me détailler votre situation.

      Il y a quelques structures qui pourraient vous intéresser et offrir à votre mère un accueil adapté et plus sympa qu’un Ehpad.

      Un village Alzheimer a récemment ouvert, mais il est à Dax, donc plutôt loin de chez votre maman. Il y a aussi des projets portés par des associations, mais ils ne sont pas dans votre région.

      En revanche, il y a deux organismes qui proposent des accueils plus près de chez elle.

      D’une part Ages et vie : ils créent des colocations pour seniors, avec une auxiliaire de vie qui habite sur place. Je sais qu’ils prennent aussi des personnes dépendantes, voyez avec eux s’ils acceptent les personnes atteintes de maladie d’Alhzeimer.

      Une autre possibilité, c’est les familles d’accueil : votre mère serait hébergée dans une famille formée à l’accueil et à la prise en charge des personnes âgées.
      Contactez donc CetteFamille, ils sont très compétents et pourront vous dire s’il y a des places dans des familles d’accueil à proximité de la commune où vit votre maman.

      Enfin, vous devriez contacter le réseau des Marpa, ce sont des résidences autonomie rurales à taille humaine et certaines sont adaptées pour l’accueil des malades d’alzheimer.

      J’espère que vous trouverez une structure adaptée.
      Tenez-moi au courant de l’avancement de vos recherches.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :