habitat inclusif

L’habitat inclusif : le maintien à domicile sans l’isolement.

L’habitat inclusif est un mode de cohabitation inspiré de l’habitat participatif qui permet à des adultes en perte d’autonomie de rester chez eux… à plusieurs

L’habitat inclusif, on est fans. Chez Sweet Home, nous adorons les solutions de maintien à domicile alternatives. Quand le maintien au domicile historique n’est plus possible mais qu’une admission en EHPAD n’est pas nécessaire. Par exemple si vous êtes une personne âgée fragilisée mais que votre santé ne nécessite pas un suivi médical constant.

L’habitat inclusif est l’une de ces solutions méconnues et pourtant hautement recommandables. Il est dit inclusif car il doit permettre l’inclusion dans la cité des publics isolés (par le handicap, la maladie, l’âge, l’inactivité).

En 2014, la loi ALUR (loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) a créé des conditions favorables à la construction d’habitat inclusifs. Plusieurs projets ont vu le jour et même si l’on ne parlera pas de lame de fonds, il y a de l’espoir. Pour y voir plus clair, nous vous donnons les clés de l’habitat inclusif.

L’habitat inclusif, qu’est-ce que c’est ?

L’habitat inclusif est une forme d’habitat participatif réunissant des adultes handicapés ou en perte d’autonomie. Cette solution apporte une réponse complémentaire au logement ordinaire et à l’hébergement en institution. L’habitat inclusif est aussi plus économique.

Pour satisfaire la demande, une diversité de formes de logement avec services associés se développe. Souvent dans le cadre d’initiatives portées par des acteurs associatifs, des collectivités locales et leurs CCAS (centre communal d’action sociale), des mutuelles et des bailleurs sociaux (source).

Les habitats inclusifs sont généralement de petits ensembles de logements indépendants, associés à des espaces communs. Ils permettent de combiner vie autonome et sécurisation de l’environnement.

Le terme habitat inclusif regroupe des organisations très diverses, mais qui présentent trois caractéristiques communes :

  • Une organisation qui fait du lieu d’habitation de la personne, son logement personnel,
  • La conjugaison de la réponse au besoin de logement et aux besoins d’aide, d’accompagnement et, le cas échéant, de « surveillance »,
  • L’insertion active dans la vie de quartier, l’environnement de proximité.

Dans la plupart des cas, sous réserve de l’accord du président du conseil département, la mutualisation des aides est possible (APA, ASH), ce qui permet de partager les heures d’aide à domicile entre les résidents.

Focus sur l’habitat participatif

Le logement inclusif est une forme d’habitat participatif. L’habitat participatif est un mode d’organisation et de vie où le communautaire a une place prépondérante. Pour mieux comprendre le concept et les atouts de ce mode de vie, je vous propose de regarder le TED que l’architecte américaine Grace Kim y a consacré.

Parfois mal compris en France (où il est plutôt rare bien qu’implanté depuis les années 1970), l’habitat participatif ne doit pas être considéré comme un bon plan pour acheter à plusieurs un bien immobilier. Il ne s’agit pas de faire du time share dans une villa tropézienne. C’est au contraire un véritable projet de vie à plusieurs. L’aspect humain et la recherche d’activité collectives dictent l’aménagement des lieux, la disposition des espaces et leur partage entre le privé et le communautaire.

L’habitat participatif est d’abord un projet humain de vie en communauté qui se concrétise par la construction d’un habitat collaboratif où les parties communes ont autant d’importance que les parties privatives.

Les projets immobiliers ne sont pas tous à l’initiative des futures cohabitants. Ils peuvent être lancés par des collectivités publiques, des bailleurs sociaux ou privés qui montent un projet immobilier destiné à devenir un habitat inclusif. il faut alors respecter un cahier des charges épais pour bénéficier des aides spécifiques dévolues à ce type de logements. Pour aller plus loin, je vous invite à consulter le Guide réalisé par la CNSA (novembre 2017).

habitat inclusif

En termes de relationnel et de vivre ensemble, l’habitat inclusif et l’habitat participatif vont beaucoup plus loin que les relations que peuvent attendre les locataires d’une résidence autonomie ou d’une résidence services : il ne s’agit pas uniquement d’une mutualisation de moyen mais bel et bien d’un projet communautaire de vie.

Typologies des projets d’habitats inclusifs

habitat inclusif 1

Habitat inclusif / habitat participatif : un modèle plein de promesses

Que vous soyez toujours sceptique sur l’intérêt du modèle, ou au contraire déjà conquis, je vous invite à découvrir cette autre vidéo tournée dans l’un des premiers habitats participatifs danois. Le reportage met particulièrement en lumière l’intérêt de ce mode d’organisation pour le bien être et le bien vieillir.

Vous l’aurez compris, nous avons un gros coup de coeur pour ces solutions dans lesquelles nous voyons une sérieuse piste d’avenir pour concilier maintien à domicile, vie à plusieurs et lien intergénérationnel. Pour aller plus loin, nous avons planifié plusieurs sujets d’approfondissement que nous vous présentons sur le blog :

  1.  Un projet de logement inclusif dans l’Allier,
  2. Le Club des Six, un logement inclusif pour personnes en situation de handicap,
  3. Share Kanazawa, un projet fou de village inclusif au Japon,
  4. TEV, un village réservé aux vieux, en Inde,
  5. Chamarel, une coopérative d’habitations entre retraités à côté de Lyon,
  6. Vivre en Béguinage, une entreprise qui a remis le béguinage du Moyen Âge au goût du jour.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.