Comment fonctionne la filière Silver économie ?

La filière Silver économie est réactivée depuis octobre 2018. Présidée par Luc Broussy, cet organisme transdisciplinaire réunit tous les acteurs de la Silver économie. Une fois qu’on a dit cela, on n’a pas dit l’essentiel : Comment fonctionne la filière Silver économie et à quoi sert-elle ?

Cet article vous apporte toutes les réponses.

Cet article s’inscrit dans un dossier consacré à la filière Silver économie. Il fait suite à l’article A quoi sert la Silver économie ?

Les origines de la filière Silver économie

On doit la création de la filière au rapport Un principe et sept ambitions pour la France. Cette étude prospective a été réalisée par Anne Lauvergeon à la demande du Président François Hollande. Elle identifie les filières d’avenir qui doivent faire décoller l’économie française d’ici à 2030.

Un principe et sept ambitions pour la France évoque notamment la Silver économie (le nom est postérieur) comme filière d’avenir :

D’ici 15 ans, 1,2 milliard d’habitants auront plus de 60 ans dans le monde. Les seniors assureront la majorité des dépenses en France. Or, ils expriment des besoins spécifiques. Une économie nouvelle se développera répondant entre autres à la perte d’autonomie. Les seniors français plutôt technophiles, le système centralisé de santé, les compétences académiques, la présence de start-up innovantes d’intégrateurs et équipementiers de haut niveau sont autant d’atouts pour le développement de ce secteur en France

Un principe et sept ambitions pour la France
Anne Lauvergeon (2013)

Emboitant le pas à la transmission de ce rapport à François Hollande, les ministres Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Michèle Delaunay (Personnes âgées et Autonomie) mettent sur pied avec les acteurs de l’écosystème une filière baptisée Silver économie.

La filière Silver économie réunit tous les acteurs des différents écosystèmes de prise en charge de la personne âgée.

La filière Silver économie est officialisée par la signature d’un contrat de filière le 12 décembre 2013.

Ce contrat jète les bases de l’organisation de la filière Silver économie et en définit les grands principes.

Périmètre en expansion continue, puisque la Silver économie a vocation à irriguer tous les marchés.

Ce marché correspond aux biens de consommation, aux solutions pour âgés, aux services.

La Silver économie retient la perspective de design pour tous, d’une économie de la confiance et d’un marketing approprié. Il faut en permanence viser la non-stigmatisation dans les produits ou services

Contrat de filière Silver économie
2013

Le contrat fixe également une ambitieuse feuille de route de plus de soixante objectifs, réunis dans six chapitres :

  1. Créer les conditions d’émergence d’un grand marché de la Silver économie,
  2. Favoriser le développement d’une offre compétitive,
  3. Exporter les produits et les services de la Silver économie,
  4. Professionnaliser les acteurs de la Silver économie,
  5. Communiquer positivement sur les âgés et le bien vieillir auprès du grand public et des distributeurs,
  6. Créer des innovations majeures dans le champ de la Silver économie.

Chaque objectif est confié à un ou plusieurs pilotes parmi les acteurs signataires, le tout devant être coordonné par un comité interministériel de filière.

Un premier revers pour la filière Silver économie

Hélas, les remaniements ministériels de l’été 2014 laissent la filière orpheline. Michèle Delaunay, puis Arnaud Montebourg quittent tour à tour le gouvernement.

La filière n’est plus la priorité des ministres en charge.

Elle continue à exister tant bien que mal, son déploiement à un niveau national dépendant grandement de l’engagement des Silver régions, les émanations locales de la filière.

La feuille de route décrite dans le contrat de filière est elle aussi laissée au bon vouloir des acteurs chargés de porter les actions. Certaines de ces actions voient le jour mais la plupart resteront lettre morte.

Cette première itération de la filière a suscité beaucoup d’espoirs parmi les acteurs, mais son épilogue a aussi créé beaucoup de frustrations.

En octobre 2018, la filière bénéficie d’un nouveau coup de projecteur.

L’année 2018 a été marquée par plusieurs événements dans le secteur, notamment les grèves de personnels des EHPAD au premier trimestre 2018. Ce mouvement inédit qui fait suite à une première grève à l’été 2017 et à plusieurs rapports parlementaires sur le sujet (rapport Iborra, notamment) incite le Président Macron à l’action.

Ce dernier demande à son gouvernement de bûcher sur une ambitieuse loi Grand Age et Autonomie. Cette loi doit compléter la loi ASV de décembre 2015. Elle doit notamment trouver un système pour financer la dépendance.

Macron dépendance silver économie

Dates clé de la consultation grand Age et Autonomie

Suite à la demande de Emmanuel Macron, le ministère de la santé confie à Dominique Libault la réalisation d’un rapport qui servira de fondation à la future loi.

Dominique Libault s’entoure de professionnels du secteur médico-social réunis dans une dizaine de groupes de travail qui planchent sur le sujet pendant six mois.

A l’automne, l’ONG Make.org décide elle aussi de s’intéresser à la question du Grand Age, érigé en « Grande Cause Nationale ».

Make.org agit pour son compte et lance une grande consultation citoyenne qui doit faire ressortir les attentes des français sur le sujet.

Cette grande consultation est appuyée par Agnès Buzyn et Dominique Libault qui entretiennent une dérangeante confusion quant à la finalité de cette consultation.

En effet, comme je l’explique dans mon article Enjeux et Modalités des consultations en cous dans la Silver économie (publié sur LinkedIn), la consultation Make.org doit servir de base de travail à Make.org pour dégager des actions civiles ou économiques qui seront appuyées par la fondation Make.org.

Or, le discours public et les médias semblent penser que les résultats de cette consultation seront pris en compte par la commission Libault !

Les résultats de la Grande Consultation Make.org sont rendus publics au début de l’hiver et malgré le battage médiatique autour de ces résultats, ils ne surprennent personne dans l’écosystème : les citoyens ont remonté des demandes très prévisibles.

Pendant ce temps, du côté de la filière Silver économie…

A l’été 2018, Luc Broussy, Président de l’association France Silver Eco, chargée d’animer la filière Silver économie déclare en conférence de presse qu’il est temps de relancer la filière et qu’il serait pour cela nécessaire d’en revoir la gouvernance.

Il propose d’ailleurs sa candidature.

Il est entendu, puisque le 22 octobre 2018, Agnès Buzyn, Ministre de la Santé lui confie la présidence de la filière Silver économie et lui demande de proposer une feuille de route pour relancer la filière.

Cette nouvelle enthousiasmante est un petit peu mise en sourdine par le début de la « grogne » des Gilets Jaune, mais suite à sa désignation, Luc Broussy s’empresse de reconstituer une filière réorganisée autour de plusieurs instances.

Un mois plus tard, le nouveau président de la filière réunit les acteurs de la Silver économie en Comité National de filière.

Ce comité valide l’organisation de la filière que je vais à présent vous décrire. Il donne aussi son feu vert à la transmission à Agnès Buzyn de la feuille de route 2019-2020.

Comment fonctionne la filière Silver économie
Schéma directeur de la filière Silver économie

Comment fonctionne la filière Silver économie ?

La filière Silver économie est présidée par Luc Broussy qui est accompagné par un bureau de six membres et un comité de filière qui réunit l’ensemble des acteurs représentatifs des différentes obédiences de la Silver économie.

Trois task force sont chargées de mener une réflexion transversale sur les thématiques stratégiques de la filière Silver économie : Innovation, Formation et International.

Trois groupes de travail sont créés pour faire des propositions ciblées sur trois problématiques phares :

  • L’adaptation de l’habitat,
  • Les territoires,
  • La diffusion des innovations dans le secteur médico-social.

Les différences entre task force et groupes de travail

Tandis que les task forces ont une vocation pérenne, les groupes de travail ne sont constitués que le temps d’adresser les problématiques et les propositions d’amélioration de l’existant.

Une fois que les groupes de travail auront rendu leurs conclusions, ils seront dissous et de nouveaux groupes de travail pourront être créés pour étudier d’autres sujets ou de nouveaux sujets issus des premiers….

Enfin, les contributeurs des task forces sont désignés par les responsables des task force tandis que les groupes de travail réunissent les contributeurs volontaires qui s’y sont inscrits via le site web de la filière.

Voyons plus en détails comment fonctionnent les task force et les groupes de travail.

Comment fonctionne la task force Innovation

La task force Innovation de la filière Silver économie est pilotée par Nicolas Menet, le directeur de Silver Valley.

Silver Valley est le cluster d’innovation de la Silver économie en Ile-de-France.

Au sein de la filière, Nicolas Menet a réuni les représentants des living labs et de différents organismes de recherche et d’innovation comme les gérontopôles.

La mission de la task force Innovation est de produire des recommandations pointue sur les moyens à mettre en oeuvre pour favoriser l’innovation dans la filière silver économie. Nous faisons des constats, des retours d’expérience. C’est la première fois que tous les acteurs de l’innovation vont se réunir et travailler de concert.

Nicolas Menet
Directeur de Silver Valley

Comment fonctionne la task force formation ?

La task force formation de la filière Silver économie est pilotée par Benoît Goblot, le président du Syndicat National pour la Silver économie (Synapse)

Le Synapse est un syndicat patronal qui réunit des entreprises matures de la filière économie.

La formation fait partie des objectifs stratégiques du Synapse et cette nomination à la tête de la task force permet à Benoît Goblot et aux adhérents du Synapse de poursuivre plus facilement leurs travaux.

Leur objectif est notamment la création de cursus de formation en Silver économie : un DU organisé par l’université Paris Descartes sera lancé en 2020.

Toute filière économique crée ses structures de formation ou bien elle les encourage.

En matière de Silver économie aujourd’hui, il n’y a pas grand chose. Notre objectif c’est de contribuer à apporter cette main d’œuvre qualifiée.

Je vais vous donner un exemple : on parle très souvent du potentiel des emplois des services à la personne. Potentiel qui n’a jamais été révélé ! 

Il y a une raison très forte à cela, c’est la carence en personnel qualifié.

Mais à partir du moment où on formera ces auxiliaires de vie de manière plus qualitative, elles seront capables d’apporter un service plus qualitatif et donc elles auront une rémunération plus qualitative.

Benoît Goblot,
Président du Synapse

Cette citation est extraite de mon interview de Benoît Goblot : La formation, un levier pour la Silver économie.

Comment fonctionne le groupe de travail habitat ?

Ce groupe de travail dont le nom complet est : Des logements adaptés pour une vie autonome est co-piloté par Jean-Philippe Arnoux (Saint Gobain) et Hervé Meunier (Filien ADMR).

120 contributeurs se sont inscrits à ce groupe de travail.

Les pilotes ont organisé trois réunions thématiques avec une quarantaine de participants à chaque fois :

  • Pouvoirs publics et organisations représentatives,
  • Professionnels de l’habitat,
  • Opérateurs de services à domicile.

Chaque sous-groupe a fait remonter des suggestions qui seront débattues lors d’une séance plénière à l’issue de laquelle les propositions du groupe de travail seront remontées au comité de filière…

Comment fonctionne le groupe de travail Territoires

Ce groupe de travail dont le nom complet est : Territoires, villes, urbanisme, mobilité est co-piloté par Valérie Egloff (Conseillère régionale de Normandie), Pierre-Olivier Lefebvre (Délégué Général du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés) et Florence Gilbert (Wimoov) qui s’occupe du sous-groupe mobilités.

Pour le moment, le groupe de travail est en cours de structuration. Les contributeurs ont répondu à plusieurs questionnaires qui doivent permettre de préparer de futurs échanges.

Comment fonctionne le groupe de travail technologies dans le médico social ?

Ce groupe de travail dont le nom complet est : La diffusion des innovations technologiques et numériques dans le secteur médico-social est co-piloté par Laurent Levasseur (Bluelinea) et Jean-François Goglin (FEHAP).

Les travaux sont structurés autour d’un groupe privé LinkedIn auquel ont été conviés les quelques 92 contributeurs.

Conclusion

Les choses démarrent tranquillement pour la filière Silver économie qui devrait accélérer un petit peu la cadence pour se faire entendre dans le débat actuel.

Parviendra-t-elle à influencer le gouvernement dans le cadre de la future loi Grand Age et Autonomie ?

Parviendra-t-elle à montrer qu’elle est bel est bien l’atout majeur révélé par le rapport d’Anne Lauvergeon il y a six ans ?

Comme vous le savez si vous lisez régulièrement mes publications, je suis convaincu que cette filière pourra décoller à partir du moment où les acteurs « généralistes » du monde économique verront l’intérêt d’adopter des démarches senior friendly.

Et ces acteurs s’intéresseront à la Silver économie quand ils y verront un intérêt business et que la Silver économie ne sera plus perçue comme la filière des Ehpad et du médico-social.

10 Minutes par semaine !

C’est le temps qu’il faut pour lire La Lettre de la Silver économie.
La newsletter des décideurs qui veulent comprendre la Silver économie.