GAFAM : les nouveaux acteurs du bien-vieillir ?

GAFAM

Vous sortez votre iPhone de votre poche, car vous venez de recevoir une notification Facebook. Elle vous rappelle qu’aujourd’hui, c’est l’anniversaire de votre ami. Ni une ni deux, vous ouvrez le navigateur Google pour lui commander un cadeau sur Amazon. Voilà, c’est là que réside la puissance du « Big five » : dans notre quotidien.

Les GAFAM ont su au fil des années s’installer dans notre quotidien grâce aux produits et services qu’ils nous proposent. Terminaux numériques, solutions de stockage Cloud, moteur de recherche ou encore sociabilité 2.0… Pourquoi cette intégration si efficace ? Sont-ils si indispensables ? 

Au-delà de notre quotidien, l’intention des géants comme Facebook ou Amazon est de concurrencer les canaux traditionnels des sociétés occidentales. Médias, systèmes bancaires, santé… Sweet Home décrypte dans ce dossier l’entrée des GAFAM dans l’écosystème de la Silver Economie.

La puissance des GAFAM, des concurrents hors compétition ?

Les GAFAM, à comprendre les géants Américains du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft), font partie intégrante de nos vies. Ces acteurs prépondérants du marché informatique mondial représentent à eux 5 une capitalisation boursière supérieure au PIB de certains pays comme le Japon.

Le chiffre d’affaires d’Amazon en 2020 s’élève à 322 milliards d’euros. C’est autant que le montant total net des dépenses du budget de l’État en France en 2020 qui est de 326 milliards d’euros. 

Ces réussites entrepreneuriales, véritables modèles du rêve américain, plus particulièrement de la côte ouest des États-Unis, sont nées il y a quelques décennies et sont désormais des acteurs clé de ce domaine. Ils ont fait de la Silicon Valley l’image du rayonnement mondial de l’innovation technologique.

Des utilisateurs connectés de 7 à 77 ans 

La puissance des Gafam réside dans leur capacité à créer des expériences utilisateur aussi ludiques et intuitives qu’un jeu d’enfant.  

Les seniors sont souvent enfermés dans le stéréotype d’une totale incompréhension des nouvelles technologies. On pense souvent qu’ils ne sont pas aussi à l’aise avec l’informatique ou l’utilisation d’internet que les jeunes générations. Toutefois, la réalité change progressivement en un tout autre schéma. 

La génération baby boomer a connu l’informatisation du monde de l’entreprise. Ils sont donc, pour la plupart, familiarisés au moins à cette échelle avec les outils informatiques. 

Près de 60% des 55 ans et plus possèdent un smartphone ou une tablette. Ils sont donc une majorité à pouvoir avoir accès à internet. Sur cette part de seniors, beaucoup partagent une nouvelle sociabilité en étant présent sur les réseaux sociaux. 58% des seniors sont sur Facebook. Malgré une tendance des seniors à se dévaloriser, concernant leur capacité à utiliser les nouvelles technologies, ils s’avèrent en réalité très capables.

Nombre de seniors adoptent des habitudes similaires aux autres utilisateurs plus jeunes. Réseaux sociaux (avec Facebook), streaming (avec Netflix) ou encore l’e-commerce. Les 55 ans et plus consultent même les avis d’internautes. Ils sont 86% à le faire avant d’effectuer un achat par exemple. 

Les GAFAM portent donc de plus en plus d’intérêt au marché que représentent les seniors, en se développant dans un domaine précis, intrasèquement lié : la santé.

Le BIG data : l’or noir des GAFAM 

Les seniors représentent une part grandissante de la population. De 15 %, cette part est passée, en l’espace de 100 ans, à plus de 35 % aujourd’hui. 

Les GAFAM détiennent un nombre colossal de données grâce à leur quelques milliards d’utilisateurs. Ils sont en capacité d’en collecter davantage et de centraliser cette quantité massive de données ce qui permet, au-delà de faciliter la prévention, d’améliorer l’efficience des soins. Ils disposent également de moyens plus considérables que les acteurs historiques de la santé. Les chiffres d’affaires cumulés représentent plus de 3 fois ceux des 10 groupes leaders du secteur pharmaceutique.

Au-delà d’outils matériels, Amazon, Apple et Alphabet (société mère de Google) proposent également du stockage de données cloud santé. Cela permet la numérisation des données de santé ou encore des dossiers des patients. Nous pouvons notamment citer Microsoft, dont le Cloud Azure a été retenu en France comme prestataire d’hébergement du Health Data Hub. 

Ces moyens permettent donc au GAFAM d’être force d’innovation et de solution dans la vie des seniors. Cette présence grandissante et puissante des ces géants du numérique n’est-elle pas trop invasive ? met-elle réellement en danger les acteurs historiques de la médecine? 

Selon Gwendoline Boyaval, directrice accès au marché de MSD France (Laboratoire pharmaceutique innovant) cela est une aubaine

Les GAFAM et les industriels sont complémentaires et nous allons travailler avec eux sur les données non structurées et veiller à ce qu’ils respectent la réglementation

60% des français considèrent l’exploitation du big data comme positive dans le cadre de la santé.

Cependant, certains acteurs ont réussi à creuser leur trou et à gagner la confiance de bon nombre d’utilisateurs. C’est le cas de Doctolib. Ce service à réussi à simplifier le parcours de soins du côté du patient comme du soignant. Son efficacité repose sur sa capacité à soulager les professionnels de santé et fluidifier la prise de rendez-vous. Doctolib est un exemple de service efficace qui subsiste sans une action appuyée des GAFAM. 

La montre connectée est-elle en train d’enterrer la téléassistance ?

On assiste aujourd’hui à une démocratisation des objets connectés. Selon une étude réalisée par la société Audika 86 % des 50 ans et + connaissent au moins un objet connecté. Un quart de ces seniors en ont même déjà utilisé un, tel une montre connectée ou un bracelet tracker d’activité. 

L’Apple Watch, véritable fer de lance de la marque californienne Apple, a affirmé sa volonté de dominer ce domaine. Au-delà des fonctions habituelles, l’Apple Watch permet de réaliser un Électrocardiogramme (ECG) ou détecter automatiquement une chute et appeler les secours d’elle-même, si elle constate que vous ne bougez plus. Directement ciblé aux problèmes des seniors, notamment les chutes, Apple arrive à convaincre les utilisateurs les plus réticents à la téléassistance de s’équiper d’un outil de tracking.

Selon une enquête IPSOS à l’échelle européenne sur la digitalisation du parcours patients, la question de la confiance reste encore un enjeu principal pour la stratégie de déploiement des GAFAM. Il semble que les professionnels et les établissements de santé soient les seuls acteurs dans lesquels les citoyens aient confiance pour leur proposer des solutions digitales efficaces. Si ¼ des Européens déclare utiliser des objets connectés, une très faible minorité a confiance dans les GAFAM pour les alerter sur les risques de maladie. Serait-ce le point d’entrée pour les entrepreneurs aux ambitions numériques ?

Sur le même sujet

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page